Groupe Réussir 22 mai 2003 à 00h00 | Par Pascal le Douarin

Aviculture - La poule Noirans, pâle copie de la Marans ?

La poule noire productrice des oeufs Noirans est considérée par le Marans Club de France comme une pâle copie, un «?ersatz?» de la race Marans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis que le groupe Carrefour commercialise des oeufs de poules Noirans (marque déposée), produits spécialement pour lui par les entreprises Gauguet (sélection), Cooperl (élevage poulettes) et Seppa (production et conditionnement), les responsables du Marans club de France crient à la supercherie. Selon Serge Deprez qui en est le président, il y a tromperie sur la marchandise. «?La Noirans n´a plus rien à voir avec la vraie poule Marans. Notre travail génétique de remise en valeur de la seule race française à oeufs extra roux est totalement déprécié et ignoré.?» Selon ces éleveurs amateurs (1), il reste peu des caractéristiques de la Marans dans cette souche commerciale.
Tout d´abord, la couleur des oeufs Noirans commercialisés ne semble pas aussi prononcée que celle promise sur l´emballage. Or c´est bien une forte caractéristique de la Marans?: ses oeufs lourds (70 à 75 g) et plus ronds que fuselés sont d´une couleur acajou-chocolat.

«?Par le passé, la race, sous sa variante coucou argentée, a déjà connu une exploitation industrielle qui avait conduit à la quasi-disparition de ce caractère dans les années 1970. Depuis 1985, le Marans Club de France a travaillé à retrouver cette caractéristique.?» Les défenseurs de la race pure estiment que la Noirans est une souche hybride issue de croisements entre des Marans (variété noir cuivré) et des souches industrielles déjà intensément sélectionnées sur la productivité. D´où cette perte de coloration des oeufs en même temps qu´une augmentation du nombre d´oeufs pondus. Le terme «?race d´origine française?» inscrit sur l´emballage originel des oeufs Noirans a été enlevé à l´automne 2002. A la demande de la répression des Fraudes, et «?pour une autre raison que celle de la suspicion d´origine?», précise le groupe Carrefour.

Faire croire à un statut de race ancienne est jugé comme une autre tromperie. A l´intérieur du boitage, on peut lire un argumentaire relatif à l´origine de cette poule?: «?Une poule, une histoire?: les origines de celle-ci remontent aux environs du 14e siècle ; elle est née d´un croisement de coqs de combat provenant de bateaux anglais et de petites poules noires élevées dans les marais de la région de La Rochelle?».
Pour le Marans Club de France, le consommateur croit acheter des oeufs d´une poule ayant une longue histoire en Charente-Maritime. « Nous n´aurions rien à reprocher si l´amalgame Noirans-Marans n´était pas aussi fort à nos yeux.?»
© P. Le Douarin

© D.R.

Mal adaptée à l´élevage en grand nombre
Enfin selon les producteurs de la «?vraie?» Marans, leur produit plaît énormément au consommateur, non sur ses qualités organoleptiques (aucune supériorité n´a été encore démontrée), mais par la couleur de l´oeuf et le mode d´élevage traditionnel.
Or, là encore, la Noirans en est loin. Elle est élevée comme la plupart des poules alternatives, avec ou sans parcours. Mais ce qui choque le Marans Club de France, et même certains professionnels de l´alternatif, c´est la quasi-généralisation de la pose de «?lunettes?» qui ont pour but de prévenir le picage. Comptant du sang de «?Combattant?», une race asiatique connue pour ses qualités agressives, la race Marans est assez nerveuse. En élevage traditionnel, cela ne pose pas de problème compte tenu des faibles effectifs et de la densité de chargement. Par contre il semble ne pas en être de même en élevage au sol, avec plusieurs milliers d´individus en claustration.
Dernier souci pour les protecteurs du patrimoine génétique, le risque d´absorption de Marans, au génotype pure race mais à faibles effectifs, par des poules de «?type Marans?», mais au génotype non garanti, produites en nombre important par des couvoirs.
© P. Le Douarin

© D.R.

© D.R.

Fondé en 1929, le Marans Club de France a fixé le standard de la race en 1931. Les 12 variétés reconnues possèdent des tarses emplumés, des yeux vifs orange profond, une crête rouge simple, et pondent des oeufs acajou à chocolat.
«?Le coq a un corps puissant, large, un cou assez long?», précise le standard.
Le coq adulte pèse de 3,5 à 4 kg. Il est très possessif et veille jalousement sur sa tribu.
La poule est large et forte. Sa queue est petite et serrée. Le poids atteint 2,5 à 3,2?kg. En élevage fermier la ponte atteint environ 150 oeufs par an d´un poids de 65 à 85?g.
© P. Le Douarin

© D.R.

© D.R.

(1) au sens où il n´en font pas leur activité professionnelle principale, ce qui n´entache pas leurs compétences d´éleveurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui