Agri79 Informations 17 mars 2011 à 10h04 | Par N. C.

Bovins - Le taurillon a la cote face au broutard en ce début d’année

La demande en taurillons a fait monter les cours, fin 2010. Et le manque qui apparaît face à une demande persistante risque fort de maintenir les prix voire de les faire monter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La cotation du JB a augmenté de 7% (catégorie U) à 9 % (catégorie R et O) par rapport à celle de février 2010.
La cotation du JB a augmenté de 7% (catégorie U) à 9 % (catégorie R et O) par rapport à celle de février 2010. - © DR

Les cours du jeune bovin s’annoncent positivement, à l’inverse des broutards. Effectivement, l’export a favorisé la demande de JB, ces derniers mois. Aussi le rythme élevé d’abattages qui en a découlé « pourrait amputer les disponibilités des mois à venir », remarque le département économie de l’Institut de l’élevage. La cotation du JB a augmenté de 7% (catégorie U) à 9 % (catégorie R et O) par rapport à celle de février 2010. En décembre 2010, les exportations de viande bovine fraîche et congelée ont augmenté du fait de la Turquie certes mais aussi des pays de l’Union européenne, notamment la Belgique et l’Espagne. La Grèce touchée par la crise économique diminue ses importations françaises de 4% sur l’année 2010 (-5% en décembre 2010 par rapport à 2009). « Au total, la France aura exporté 271 000 tonnes équivalents carcasses de viande bovine en 2010 soit 5% de plus qu’en 2009 », annonce l’Institut de l’élevage. En JB vivants, l’Italie et le Liban attirent 90% des exportations de décembre 2010 (8 500 jeunes bovins mâles). Mais ces exportations sont cependant plus faibles par rapport à celles de décembre 2009, mois marqué par des exportations exceptionnelles vers la Tunisie. « 2010 se termine avec un bilan d’exportation de jeunes bovins vifs en très nette augmentation (103 000 têtes soit +27%)», note l’Institut de l’élevage (Maghreb : 10 000 têtes, Italie : moins de 40 000 têtes, Liban : + 41 000 têtes).



Le broutard lourd ne trouve pas preneur
En broutards, les animaux lourds (400 à 500 kg) sont dévalorisés (-8% pour la catégorie charolais U par rapport à février 2010 et -4% par rapport à 2009). Mais le marché reste plus fluide pour les broutards plus légers, soit de 330 à 380 kg (-9% pour la catégorie charolais U par rapport à février 2010 et +4% par rapport à 2009). Pour les animaux lourds, « le commerce avec l’Italie est laborieux en ce début d’année : le prix élevé des céréales pèse sur la rentabilité des ateliers transalpins qui, de plus, se vident plus lentement que d’habitude.[…] Les engraisseurs se détournent des animaux lourds dont la date de sortie coïncidera avec la période estivale, traditionnellement difficile pour la consommation », affirme l’Institut de l’élevage. Ces animaux encombrent le marché et contrairement à 2010, « le débouché algérien ne permet pas d’en évacuer une partie et de soutenir les cours. En effet, la suppression des contingents algériens d’importation détaxée a fortement réduit le commerce avec ce pays. […] Les exportateurs français cherchent donc un salut vers d’autres pays tiers. Le Liban a acheté quelques animaux lourds de moindre qualité, non finis et de race à viande », constate le département économie de l’Institut.À l’inverse des broutards lourds, les animaux plus légers sont peu nombreux sur le marché. Ils sont plus demandés même si les mises en place à l’engraissement en France restent limitées. Les éleveurs freinent leur activité d’engraissement. La sécheresse de l’année 2010 dans l’ouest de la France a provoqué des manques de fourrage. De plus, les céréales sont actuellement trop chères et risquent de le rester. « L’incertitude concernant les prix des jeunes bovins pousse les éleveurs à limiter les risques », observe l’Institut de l’élevage. Certains polyculteurs-éleveurs préfèrent vendre une plus grande part de leur récolte que d’habitude, du fait des cours élevés des céréales. Les exportations vers le Maroc et la Tunisie devraient alléger le marché.

En femelle, le manque de vaches laitières soutient les cours

« Les cotations des vaches, qui s'étaient bien maintenues en fin d'année 2010 en s'affranchissant de l'habituelle baisse saisonnière, ont démarré l'année 2011 à des niveaux supérieurs aux deux années précédentes » (+4% pour la catégorie R par rapport à février 2010 et +8% pour les catégories O et P). Ce constat du département économie de l'Institut de l'élevage annonce une année 2011 plutôt positive. Les disponibilités limitées en vaches laitières, du fait du bon prix du lait et la tension sur le marché des taurillons, convergent pour une hausse des cours. « L'offre nationale de femelles devrait se tasser un peu dans les mois qui viennent », annonce l'Institut de l'élevage. Mais la décapitalisation des éleveurs de vaches allaitantes du fait de la crise devrait maintenir un certain nombre d'arrivées dans les abattoirs. Pour 2010, la disponibilité nationale a augmenté de 2% (1,504 million de tonnes équivalents carcasse).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui