Agri79 Informations 09 juin 2011 à 14h32 | Par N. C.

Bovins - Les éleveurs font leurs comptes

Sur le terrain, les éleveurs s’interrogent quant au coût financier de la sécheresse. Xavier Beulin, président de la Fnsea, parle d’un surcoût de 270 euros par Unité de gros bovins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Quelle quantité de paille va consommer mon exploitation dans les mois à venir ? Et combien cela va-t-il me coûter ? » Ces questions, tous les éleveurs de vaches laitières et allaitantes se les posent. La diversité des systèmes de production rend les calculs difficiles. Pour autant, en partant d’un élevage allaitant moyen, constitué de 80 vaches mères, le calcul est faisable. L’objectif de l’élevage est d’obtenir un veau par vache et par an, donc 80 veaux sont théoriquement présents sur l’exploitation. Deux groupes de 25 génisses de renouvellement (1 an et 2 ans d’âge) vont remplacer les mères âgées. Les mâles sont parfois engraissés en jeunes bovins, soit près d’une quarantaine d’animaux supplémentaires. Avec ces hypothèses et en prenant les chiffres publiés par l’Institut de l’élevage dans son dossier sécheresse (www.idele.fr) sur les besoins en paille pour alimenter les animaux, l’élevage va nécessiter autour de 15 à 20 tonnes de paille par mois. La période des vêlages (automne ou printemps) va cependant influencer fortement la consommation puisque la vache va devoir nourrir son veau et donc augmenter sa quantité d’aliment ingéré.Par ailleurs, la paille n’est pas suffisamment énergétique pour nourrir les animaux. D’où également les revendications de la Fnsea  et de Bruno Le Maire, pour une contractualisation avec les industries des biocarburants afin que les co-produits restent en France et ne partent pas à l’export. Le ministre souhaitait, le 31 mai, « que l’on mobilise les co-produits pour qu’on en mette à disposition de l’alimentation animale ». Mais « le cours des drèches (250 n/tonne) est largement supérieur à celui du blé qui rentre dans l’industrie (115 n/tonne) alors que ces drèches sont faibles en énergie à l’inverse du blé entier », constate Bernard Lannes. Un paradoxe qui l’amène à se demander pourquoi le blé destiné au biocarburant n’est pas détourné directement vers les éleveurs.Au-delà de cette problématique alimentaire, l’utilisation de la paille comme litière est aussi à prendre en compte. Si actuellement les mères et leurs veaux sont aux prés ainsi que les futurs reproducteurs, les animaux à l’engraissement restent en bâtiment. En fonction du mode de stabulation, la quantité utilisée varie de 3 à 8 kg par animal et par jour, soit pour la quarantaine de jeunes bovins de l’exploitation moyenne, de 4 à 10 tonnes de paille supplémentaires à chercher par mois. 
Un surcoût alimentaire Bruno Le Maire, lors de son déplacement en Seine-et-Marne, le 30 mai, s’exclamait : « Je ne veux pas voir de spéculation sur la paille, ce n’est pas 30 n, 40 n ou 60 n la tonne mais 25 n la tonne ! ». Il parlait du prix de la paille récoltée en andain chez les céréaliers. Avec ce tarif revendiqué par Bruno Le Maire, pour alimenter l’élevage, il faudra environ 25 tonnes par mois, soit 625 n  sans oublier de rajouter le prix du transport (environ 20 n/tonne si transport local) et du pressage (environ 20 n/tonne). Tous les professionnels reconnaissent que le coût du transport va faire fluctuer lourdement la facture. Reconstituer les stocks pour passer l’hiver est également une priorité. Le peu de fourrage restant ou récolté cette année a déjà été consommé. Dans sa description de la situation nationale, l’Institut de l’élevage note qu’« à la mi-mai, les stocks d’ensilage d’herbe récoltés en 2010 sont comme les autres années totalement consommés. Les stocks de foin récoltés en 2010 et d’ensilage de maïs sont beaucoup moins importants que les années précédentes et souvent insuffisants pour attendre la prochaine récolte, voire déjà totalement épuisés ». Agreste, dans une publication du 27 mai sur la production fourragère des prairies, constate également que dans les régions les plus touchées, les stocks sont déjà entamés par les animaux alors que leur reconstitution « est impossible ». Et même si la pluie arrive, l’herbe nouvelle ne permettra pas de faire des stocks car elle sera consommée immédiatement par les animaux. « Il ne faut pas négliger non plus le rôle du maïs ensilage », explique Guy Hermouët. Une petite pluie d’ici 15 jours serait la bienvenue pour ne pas perdre ce fourrage providentiel dont la récolte est plus tardive.Au final, l’éleveur doit préparer ses achats pour les stocks d’hiver et anticiper la demande de ses animaux du fait de la sécheresse (maïs ensilage perdu ou non, herbe ou pas d’herbe…). « Le surcoût d’alimentation lié à la sécheresse est estimé à 270n/unité gros bovin », avance Xavier Beulin, lors d’une conférence de presse le 27 mai. « Pour une exploitation type de l’Aveyron, hors effet de la décapitalisation, le surcoût s’élève à 19 000 n», complète-t-il. Pour lui, « cela va avaler toute la PMTVA d’octobre ». Guy Hermouët précise également que même si la pluie s’installe et que des cultures en dérobées permettent de récupérer un peu de fourrage, il faudra de toute façon plus de paille car « il n’y a pas de foin ». Avec un hiver de cinq mois, de novembre à mars, et une sécheresse durant l’été, plus de 200 tonnes de paille seront nécessaires pour une exploitation de 80 vaches mères, un coût de 17 000 n, sans spéculation et sans transport sur de longues distances.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui