Agri79 Informations 10 janvier 2013 à 09h57 | Par Pascal Bisson

Bovins viande - Limiter la période des vêlages, un gain de temps

L’étalement des vêlages contribue à la dispersion des tâches dans les élevages. Pour améliorer ses conditions de travail l’éleveur peut resserrer les périodes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Tout cumulé, l’organisation de la reproduction du troupeau allaitant impacte de façon importante les temps passés à son suivi avec des écarts allant de 6 h à 10 h par vache.
Tout cumulé, l’organisation de la reproduction du troupeau allaitant impacte de façon importante les temps passés à son suivi avec des écarts allant de 6 h à 10 h par vache. - © Reussir

Les éleveurs confrontés à l’agrandissement de leurs troupeaux et à l’évolution régulière des contraintes de production deviennent plus sensibles à l’adéquation entre le temps passé au travail et la rentabilité économique. Par ailleurs les objectifs des éleveurs changent et ils se soucient de dégager plus de temps personnel. Les réseaux d’élevage viande bovine (chambre d’agriculture et Institut de l’élevage) ont mené des enquêtes Bilan travail et Travibov dans plus de 170 fermes spécialisées en viande bovine.

L’étalement des vêlages augmente la durée du travail
Le choix de la période de vêlage et surtout son étalement influent directement sur le temps de travail d’astreinte du troupeau allaitant. Un faible étalement permet de concentrer les différentes tâches à réaliser et d’obtenir des lots homogènes facilitant grandement la conduite et les performances.
Concernant les temps totaux passés selon les périodes de vêlages, les exploitations qui gèrent le troupeau avec une période de vêlage sur 2,5 à 3 mois font vêler d’août à mi-octobre, ou en novembre-janvier avec reproduction en bâtiment, et de mi-janvier à fin mars avec reproduction en monte naturelle. Ces élevages ont des durées moyennes de vêlage inférieures aux exploitations ayant des « double périodes. Les périodes de vêlage sur plus de six mois ou toute l’année obtiennent des temps nettement plus élevés. L’écart est de l’ordre de dix heures entre les deux extrêmes. Quelle que soit la période, une variabilité importante existe aussi entre les élevages.
Le travail d’astreinte se divise en trois grandes parties : l’alimentation, la gestion des litières et la surveillance du troupeau.

Lire la suite en pages 10 et 11

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui