Agri79 Informations 07 avril 2016 à 08h00 | Par Ronan Lombard

L’optimisme est de rigueur pour les transformateurs de lait

L’équilibre actuel entre les coûts de production et le prix du lait est plus favorable aux éleveurs que lors d’un futur proche dont leurs trésoreries se souviennent encore. Les acteurs de la transformation affichent la volonté d’une collecte en hausse tout en gardant l’équilibre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans les chèvreries, le climat économique s’est détendu. Selon certains opérateurs, « les perspectives sont bonnes » mais il faut garder « une approche cohérente face au marché », au risque de revivre l’épisode douloureux de 2009.
Dans les chèvreries, le climat économique s’est détendu. Selon certains opérateurs, « les perspectives sont bonnes » mais il faut garder « une approche cohérente face au marché », au risque de revivre l’épisode douloureux de 2009. - © Ronan Lombard

Au jeu des indices, un équilibre plus acceptable semble en passe de s’installer. Alors qu’il avait explosé dès 2011, jusqu’à flirter avec le seuil de 120 en 2013, l’indice Ipampa du lait de chèvre se réduit régulièrement depuis. Présenté par l’Institut de l’élevage, il s’établissait à 108,6 en janvier 2016 (pour une base de 100 correspondant à la moyenne de l’année 2010).
D’un autre côté et alors qu’il était déjà faible en 2010, le prix du lait s’est érodé jusqu’en 2013, date à partir de laquelle il a progressé. Et en indice (toujours en gardant la base de 100 = 2010), les prix de base et les prix moyens payés sont désormais supérieurs à 110 et donc au niveau de l’Ipampa.

Des perspectives optimistes
Certains opérateurs le constatent d’un commun accord, d’aussi loin qu’ils s’en souviennent, « le prix du lait n’a jamais été aussi élevé. » Et surtout, les perspectives sont bonnes : « les grands équilibres sont atteints », ce qui laisse penser que « le prix 2016 devrait rester à ces niveaux », prévoit Patrick Charpentier, vice-président de Terra lacta. Mickaël Lamy, administrateur d’Eurial, confirme : « il n’y a aucun signe d’inquiétude. Les fondamentaux sont bons. Les marchés se sont développés en volume et en valeur », notamment ceux où ses marques sont implantées, comme celui de l’ultra-frais (yaourts, spécialités, fromages frais). Pour Eurial, il s’attend à ce que « le prix augmente encore en 2016. »
Nuance toutefois, la progression observée l’an passé, par exemple par le Kantar worldpanel de plus de 8 % pour la consommation à domicile de bûchettes affinées, suit une année 2014 plutôt empreinte de pénurie dans les linéaires. Cette année-là, la demande avait redécollé mais la collecte a fait preuve d’une inertie plus grande. De fait, « les clients n’ont pas toujours été approvisionnés », confirme Mickaël Lamy. Dans ce contexte, « ils se sont rendu compte des effets de la guerre des prix », qui avait entraîné le déclin de la production et qui a certainement facilité les revalorisations. Gérard Maréchal, directeur technique approvisionnements lait de Lactalis, constate aussi que « la raréfaction des volumes a fait augmenter les prix chez les clients. » Il s’en est suivi une répercussion sur le prix du lait favorable aux éleveurs.

Plus d'infos dans le dossier "Caprins" du journal Agri 79 du 8 avril 2016

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
5 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui