Agri79 Informations 04 janvier 2018 à 08h00 | Par Fanny Costes

La préservation de l’abeille noire entre les mains des citoyens

L’abeille noire, Apis mellifera mellifera, décroît de manière inquiétante. Dans un objectif de conservation et d’apiculture durable, le CNRS de Chizé s’est engagé dans le programme européen BeeHope. Il y associe habitants et acteurs économiques locaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une zone de préservation composée de six ruches a été mise en place au sein du CNRS de Chizé. Leur succès pourrait conduire les citoyens à créer un conservatoire de l’abeille noire.
Une zone de préservation composée de six ruches a été mise en place au sein du CNRS de Chizé. Leur succès pourrait conduire les citoyens à créer un conservatoire de l’abeille noire. - © F.C.

Tout commence en 2015. Lionel Garnery, chercheur au CNRS de Gif-sur-Yvette (Essonne) et porteur du programme européen BeeHope, demande au CNRS de Chizé s’il serait intéressé par la création d’un conservatoire de l’abeille noire sur sa zone d’étude, la zone atelier Plaine et Val de Sèvre. « Depuis, un réseau de 200 personnes particulièrement investies dans des actions de préservation de la biodiversité s’est créé. En 2015, le projet autour de l’abeille noire m’a permis d’apporter aux acteurs de ce Réseau Village des connaissances supplémentaires sur une espèce locale », explique Sylvie Houte, ingénieure d’études au CNRS de Chizé.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui