Agri79 Informations 05 juillet 2018 à 10h00 | Par Christelle Picaud

Les chaumes, une interculture peu coûteuse

La fédération de la chasse verse 20€/ha aux exploitants qui s’engagent à maintenir les chaumes de céréales, lorsque la réglementation l’autorise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Guy Talineau, administrateur de la fédération des chasseurs, Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, et Frédéric Audurier, technicien de la fédération de la chasse, devant une parcelle de blé qui pourrait devenir une future chaume de céréales maintenue.
Guy Talineau, administrateur de la fédération des chasseurs, Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres, et Frédéric Audurier, technicien de la fédération de la chasse, devant une parcelle de blé qui pourrait devenir une future chaume de céréales maintenue. - © Fédération départementale de la chasse

640 ha en 2017. En 2018, la fédération départementale de la chasse fait preuve d’une plus grande ambition. « Nous aimerions maintenir au moins 1 000 ha de chaumes de céréales sur le département. Ces couverts, qui répondent aux exigences de la directive nitrates, sont intéressants pour la petite faune sauvage sédentaire et migratrice », explique Frédéric Audurier, technicien à la fédération de la chasse.
Les repousses de céréales denses et homogènes sont autorisées partout, sauf en ZAR. Seuls les Cipan peuvent être implantés sur ces zones spéciales à enjeu eau. Ailleurs, les exploitants peuvent, au moins pour une part des couverts, « choisir l’option chaume, moins coûteuse en temps de travail, en frais de semences et en mécanisation », poursuit-il.

Lire la suite dans Agri 79 du 6 juillet 2018

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,