Agri79 Informations 02 octobre 2008 à 10h16 | Par Christelle Picaud

National Parthenais - Viaduc relie Paris à Saint-Maixent

La race parthenaise a une force d’attraction impressionnante. En trois jours de concours national, la race locale a attiré 5000 visiteurs à Saint-Maixent-l’École.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le concours national de la race parthenaise est revenu, vingt ans plus tard, en terres saint-maixentaises.
Le concours national de la race parthenaise est revenu, vingt ans plus tard, en terres saint-maixentaises. - © DR
43 élevages, 200 animaux. Le week-end dernier, à Saint-Maixent-l’Ecole, les effectifs au concours national parthenais n’étaient pas ceux des grandes années. Les efforts des adhérents du comice agricole - les organisateurs de cette édition 2008 - n’y auront rien fait. Piqués par des charges en nette augmentation, circonscrits dans leurs mouvements par les risques pesants de FCO, les éleveurs ont montré une moindre mobilisation les 26, 27 et 28 septembre. Outre son incidence sur les effectifs, la morosité qui affecte élevage ne transpirait pas sur le ring dressé pour l’occasion place Denfert-Rochereau. « Les éleveurs qui ont fait le choix de participer ont fourni de gros efforts pour la préparation des animaux », juge Vincent Loiseau, directeur de l’OS parthenaise. « Ni trop gras, ni trop maigres », les spécimens en concours ont permis le déroulement d’une manifestation de haut niveau, sous le soleil. Un fait si rare cette année, qu’il mérite d’être souligné. L’événement aura célébré à nouveau les qualités de Viaduc. Le champion du concours général de la race organisé au Salon de l’agriculture, également meilleur mâle issu de la station d’évaluation génétique, décrochait le week-end dernier le titre de Champion des taureaux adultes. Cette manifestation aura également mis en valeur la qualité du travail des éleveurs Delion. Le Gaec a décroché le 1er prix d’ensemble, 2e prix femelle par le père, 1e prix femelle par la mère ainsi que le prix de championnat jeunes taureaux. « La juste récompense d’un travail conduit sur trois générations », estime Vincent Loiseau. C.P.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 Informations se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,