Aller au contenu principal

Réseau Inosys 
2018 : de bons revenus freinés par la hausse des charges

En 2018, les charges de mécanisation et d’alimentation tiraient à la hausse les coûts de production.

2,4 Smic /UMO : en 2018, la rémunération moyenne des ateliers caprin était en légère baisse.
© Agri 79

Les 40 élevages caprins du réseau Inosys Nouvelle-Aquitaine, Vendée et Maine-et-Loire ont dégagé en moyenne 28 400 € de revenu disponible par unité de main-d’œuvre exploitant en 2018. C’est 3 800  € de moins qu’en 2017. Pas étonnant au regard de l’EBE qui s’est dégradé pour quatre des cinq systèmes caprins étudiés. En 2018, seul le système caprin spécialisé améliore son EBE et en profite pour réinvestir, d’où une augmentation des annuités qui fait baisser le revenu. Pour les systèmes caprins et cultures de vente, l’EBE s’est dégradé de 17 %, reflet des difficultés rencontrées sur les cultures de printemps.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité