Aller au contenu principal

« 2/3 des Français ne sont pas réfractaires à consommer du lapin »

Face à une consommation en baisse, les acteurs de la filière cunicole n’ont d’autre choix que de faire preuve de pertinence. Loeul et Piriot, leader européen de la viande de lapin, a revu sa stratégie commerciale.

Matthieu Loeul, directeur commercial, a fait de la montée en gamme de ses produits un axe de développement. Mais l’augmentation des ventes passe aussi par une meilleure visibilité, dans les rayons des supermarchés mais aussi dans la restauration hors domicile.
Matthieu Loeul, directeur commercial, a fait de la montée en gamme de ses produits un axe de développement. Mais l’augmentation des ventes passe aussi par une meilleure visibilité, dans les rayons des supermarchés mais aussi dans la restauration hors domicile.
© Loeul et Piriot

«L’essor de la famille lapin passera aussi par nous ». Derrière ce « nous » se trouve l’entreprise familiale Loeul et Piriot, leader de la viande de lapin. Conscient de la responsabilité qui est la sienne à l’égard des acteurs qui composent la filière cunicole, mais également convaincu, dans le petit monde qui est le sien, que l’avenir n’appartiendra qu’à ceux qui se retroussent les manches, Loeul et Pirot, il y a un an déjà, a fait un travail de fond pour repositionner sa marque.

« 2/3 des Français ne sont pas réfractaires à la consommation de lapin. La moitié de ces consommateurs potentiels en achètent deux à trois fois par an. L’autre moitié en consomme chez des amis ou hors domicile. Cette réalité est pour nous une bonne nouvelle. Notre développement est donc conditionné à notre capacité à travailler l’offre, le visuel et notre visibilité en magasin », avance Matthieu Loeul, directeur commercial.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Publicité