Aller au contenu principal

« 2/3 des Français ne sont pas réfractaires à consommer du lapin »

Face à une consommation en baisse, les acteurs de la filière cunicole n’ont d’autre choix que de faire preuve de pertinence. Loeul et Piriot, leader européen de la viande de lapin, a revu sa stratégie commerciale.

Matthieu Loeul, directeur commercial, a fait de la montée en gamme de ses produits un axe de développement. Mais l’augmentation des ventes passe aussi par une meilleure visibilité, dans les rayons des supermarchés mais aussi dans la restauration hors domicile.
Matthieu Loeul, directeur commercial, a fait de la montée en gamme de ses produits un axe de développement. Mais l’augmentation des ventes passe aussi par une meilleure visibilité, dans les rayons des supermarchés mais aussi dans la restauration hors domicile.
© Loeul et Piriot

«L’essor de la famille lapin passera aussi par nous ». Derrière ce « nous » se trouve l’entreprise familiale Loeul et Piriot, leader de la viande de lapin. Conscient de la responsabilité qui est la sienne à l’égard des acteurs qui composent la filière cunicole, mais également convaincu, dans le petit monde qui est le sien, que l’avenir n’appartiendra qu’à ceux qui se retroussent les manches, Loeul et Pirot, il y a un an déjà, a fait un travail de fond pour repositionner sa marque.

« 2/3 des Français ne sont pas réfractaires à la consommation de lapin. La moitié de ces consommateurs potentiels en achètent deux à trois fois par an. L’autre moitié en consomme chez des amis ou hors domicile. Cette réalité est pour nous une bonne nouvelle. Notre développement est donc conditionné à notre capacité à travailler l’offre, le visuel et notre visibilité en magasin », avance Matthieu Loeul, directeur commercial.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Publicité