Aller au contenu principal

Voirie
3 mètres de largeur maintenus pour le pont d'Irleau

A la suite de la mobilisation des agriculteurs du secteur, une réunion de concertation s'est tenue le 21 janvier pour échanger sur les travaux du pont d'Irleau. Ce dernier restera bien à 3 m de largeur, contre les 2,7 m qui avaient été envisagés.

Les éleveurs sont soulagés : la largeur du pont est maintenue à 3 m.
© Office de tourisme Marais poitevin

Il est des détails qui n'en sont pas. Réduire la largeur d'un pont de 30 cm en est un exemple. Si l'intention de passer le pont d'Irleau, dans le Marais Poitevin, à 2,7 m lors de sa réfection, était louable (éviter aux camions de plus de 16 t d'y passer), elle n'en générait pas moins des impacts très contraignants pour une quinzaine d'agriculteurs riverains.

"Avec 2,7m, nous ne pouvons plus passer avec nos matériels, y compris andaineurs ou broyeurs, résume Guillaume Largeaud, éleveur de Blondes d'Aquitaine à Coulon. Cela nous obligerait à des détours quotidiens de 10 km en moyenne".

Concertation réussie

Le 15 janvier, un collectif d'éleveur manifeste ainsi sa grogne sur le pont. Leur message est entendu et suivi de faits concrets, par une réunion d'échanges avec des élus des communes concernées, les services Routes du Département et deux agriculteurs porte-parole, le 21 janvier. A la clé, une décision du Département qui va dans le sens des demandes des exploitants : la largeur du pont est maintenue à 3 m et, bonus, les deux piliers de béton d'un mètre qui gênaient certaines manoeuvres, sont abaissées à 40 cm. "Nous sommes très contents d'avoir été entendus, et que nos contraintes aient été comprises", se réjouit Guillaume Largeaud.

Les travaux continuent

Le chantier va ainsi pouvoir reprendre, pour sécuriser le pont, à l'aide d'une enveloppe de 400 000€. La signalisation indiquera l'interdiction de son franchissement par des véhicules de plus de 16 t et un dispositif de pesage sera posé sous le pont. Une solution de surveillance par caméra a été proposée mais refusée à ce jour. Elle pourrait de nouveau être défendue dans les mois à venir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
Gâtine, Deux-Sèvres, qualité des eaux, prairie, élevage
Pour la qualité de l’eau, la société a besoin de l’élevage
Communication, mais également expérimentations : les syndicats des eaux et le Pays de Gâtine s’engagent pour maintenir l’élevage…
Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Renard, Dégâts aux cultures, Esod
La fédération des chasseurs et la Chambre d'agriculture invitent à déclarer les dégâts
Pour qu’elle puisse être régulée toute l’année, une espèce doit être inscrite dans la liste des espèces susceptibles d’…
Publicité