Aller au contenu principal

Champdeniers
60 000 tonnes de déchets pour 10 000 tonnes de matières premières

Jeudi 10 juillet, Claude Rouleau, président de Smited, inaugurait, en présence de Régis Guyot, préfet des Deux-Sèvres, l’usine de tri mécano biologique de Champdeniers.

Inaugurée en présence de Régis Guyot, le préfet des Deux-Sèvres, l’usine de tri mécano biologique reçevra ses premiers tonnages de déchets le 28 juillet.
Inaugurée en présence de Régis Guyot, le préfet des Deux-Sèvres, l’usine de tri mécano biologique reçevra ses premiers tonnages de déchets le 28 juillet.
© Christelle Picaud

Faire du contenu des poubelles ménagères, une matière première. Ce n’est plus une utopie. À partir du 28 juillet prochain, les onze salariés de l’usine de tri mécano biologique de Champdeniers s’y emploieront. Chaque année, les 60 000 tonnes de déchets produits par les 250 000 consommateurs du département (hors communauté d’agglomération niortaise) permettront la production de 8 200 tonnes de compost et 1 800 tonnes de métaux, revalorisés à travers des filières locales.
Comment ? Rien de plus simple. Prochainement, dans le grand bâtiment du Smited, chaînes de tri et crible rotatif sépareront la matière biodégradable contenue dans les poubelles, des fractions sèches. Les matières fermentescibles seront déposées dans des écosilos où elles fermenteront durant
5 semaines. « Arrosées et ventilées pour accélérer le processus naturel de décomposition, elles produiront un compost naturel, prêt à être employé par l’agriculture », explique Patrice Butel directeur général du Smited. Sur 20 000 tonnes d’éléments biodégradables traités, 10 000 tonnes sont valorisées. La moitié de la matière disparaissant lors du processus de fermentation.
En investissant dans l’usine de tri mécano-biologique, le Smited atteint les objectifs sur lesquels il voyait le jour en 2000. « Réduire de 30 % les quantités de déchets enfouis », rappelait Claude Rouleau devant 250 personnes, lors de l’inauguration de l’usine organisée le 10 juillet. À 70 euros la tonne enterrée sur le site de la Sita à Amailloux, le syndicat par cet investissement de 15 millions d’euros pouvait espérer quelques menues économies. En même temps, il allait agir au profit de la protection de la nature. En ne stockant que des déchets stabilisés, la nuisance environnementale allait être réduite.
L’augmentation du prix du pétrole accentue l’intérêt d’un tel outil. « Au regard du prix de l’azote acheté par les agriculteurs, le composte naturel prend de la valeur », affirme Claude Rouleau. L’intérêt que montrent les cimenteries pour une partie de ce qui aujourd’hui encore est destiné à l’enfouissement, ouvre de nouvelles perspectives. Les ferrailles extraites de la fraction sèche, il reste parmi les résidus, des matières plastiques et cartonnés. À moins de 40 % d’humidité, ces déchets compactés pourraient trouver dans l’alimentation des chaudières une filière économique. À l’étude, celle-ci serait pour le Smited une opportunité de plus pour baisser le coût du retraitement des déchets. Une bonne nouvelle qui ne doit toutefois pas faire oublier, rappelle Patrice Butel « que le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas ».
C.P.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité