Aller au contenu principal

Biodiversité
70 % des abeilles sauvages sont terricoles

Les parcs naturels de Nouvelle-Aquitaine s’engagent dans le projet Life « Wild Bees ». Recensement et acquisition de connaissances composent le premier volet du programme.

Abeille sauvages, Deux-Sèvres, agriculture
Le programme Life s’étend de septembre 2021 à septembre 2026.
© Thomas Pelerin

L’abeille est un insecte emblématique. L’Apis Mellifera, espèce domestique, productrice de miel, fait l’objet de bien des attentions. Il semble en être autrement des abeilles sauvages.

Chargée de mission, salariée du Parc naturel régional du Marais poitevin, Angèle Lorient suit, sur la zone ciblée des Deux-Sèvres, la mise en œuvre d’un programme Life (fonds européens) dédié à ces dernières. De septembre 2021 à septembre 2026, sous la coordination du PNR Périgord-Limousin, elle participera au recensement engagé sur les cinq parcs naturels de Nouvelle-Aquitaine des espèces d’abeilles sauvages.

Ce travail, conduit avec l’agence régionale de la biodiversité (ARB) et l’office pour les insectes et leur environnement (OPIE), est doté d’un financement de 6,5 millions d’euros. Il compte quatre axes pour « identifier les abeilles sauvages présentes dans les territoires », explique Angèle Lorient.

Il est admis que la France compte 1 000 espèces. Il y en aurait 2 000 en Europe et 20 000 dans le monde. « Aucune donnée ne nous permet aujourd’hui de confirmer ces chiffres ». À ce recensement sera adossé un programme d’observation afin d’améliorer les connaissances sur ces hyménoptères. « Elles sont bien différentes des abeilles domestiques. Elles ne produisent pas de miel et vivent en solitaire. À 70 %, elles sont terricoles. Inféodées pour la plupart à des plantes locales, elles sont sensibles à l’évolution de la flore ».

Cet a priori posé, le programme Life prévoit un travail visant à recréer un maillage dense des habitats mais également l’accompagnement de pépiniéristes vers le label « végétal local ». Un volet communication est également arrêté « pour sensibiliser à l’intérêt de l’abeille sauvage pour la biodiversité ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

300 personnes pour le premier dîner fermier à La Crèche

La chambre d’agriculture des Deux-Sèvres a lancé…

Petit moulin cherche meunier pour se réveiller
Depuis les années 80, la famille Boiron fait tourner la minoterie éponyme, en plein cœur de La Crèche. Inscrite dans la tradition…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Stockage de l'eau : les uns avancent, les autres demandent à rejouer la partie
La radicalisation des opposants aux projets de stockage de l’eau laisse peu d’espoir que naissent des compromis. Le 6 novembre, à…
Plein phare sur le robot d’alimentation au Chêne blanc
Au programme de cette première journée du salon Capr’Inov, rendez-vous à Pougne-Hérisson pour visiter la SCEA du Chêne Blanc, qui…
PaillÔtop, le matériel qui botte les éleveurs
Le Gaec du Vieux Chêne, à Luché-Thouarsais, utilise la pailleuse automatique d’ALB Innovation depuis le début de l’année. L’…
Publicité