Aller au contenu principal

Abattages illégaux en Pologne: « Le système d’alerte a bien fonctionné »

2,7 tonnes de viande polonaise provenant d’abattages illégaux ont été exportées. En moins de trois jours, les 795 kg reçus en France ont été repérés par les services de la DGAL.

© JC Gutner

Une équipe d’experts européens a entamé, le 4 février, sa mission en Pologne après qu’un cas d’abattage illégal de bœuf, exporté dans plusieurs pays de l’UE, a été révélé par les médias. « L’audit est mené ici, à l’Inspection générale vétérinaire. Dans les prochains jours, il sera poursuivi sur le terrain », pour s’achever vendredi, a déclaré à la presse le chef des services vétérinaires polonais Pawel Niemczuk. Selon une porte-parole de la Commission européenne, Anca Paduraru, le rapport des inspecteurs sera prêt d’ici un mois. L’affaire a été révélée par la chaîne de télévision privée TVN24, dont un journaliste s’est fait embaucher par un petit abattoir dans la région d’Ostrow Mazowiecka, dans le nord-est de la Pologne.

L’enquête journalistique a révélé que des marchands proposaient, par petites annonces, d’acheter des vaches malades, pour un prix très inférieur à celui des animaux sains. La Pologne a immédiatement fermé l’abattoir en question. Selon M. Niemczuk, l’expertise de la viande saisie avait cependant démontré qu’elle ne présentait aucun danger pour la santé des consommateurs. Au total 2,7 tonnes de viande polonaise provenant de cet abattage illégal ont été exportées, vers l’Allemagne, la Finlande, la Hongrie, l’Estonie, la Roumanie, la Suède, la France, l’Espagne, la Lettonie, la Lituanie, le Portugal, la Slovaquie et la République Tchèque, selon la Commission européenne.

Lundi 4 février, sur France Info, Loïc Evain, directeur général adjoint de l’alimentation au ministère de l’agriculture, soulignait « la réactivité des services de la direction générale de l’alimentation (DGAL), des services des directions départementales de la protection de la population, qui ont retrouvé, en moins de trois jours, les 795 kg reçus. Tout est identifié, mais les derniers lots qui ont été retrouvés samedi avaient été mélangés à un lot plus important de viandes. Le grossiste a informé ses clients, les bouchers, les restaurateurs. Il y a une partie de la viande qui aura été certainement consommée, mais la grande majorité aura été retrouvée. Nous avons, de façon certaine, retiré du marché 500 kg. Le système d’alerte a bien fonctionné. On a une réglementation, au niveau de l’Union européenne, qui est certainement la plus stricte du monde. Mais, plus stricte ne veut pas dire infaillible. Il y a toujours des fraudeurs qui inventent des stratagèmes qui permettent de passer entre les mailles des filets. Là, on a une fraude caractérisée ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Christiane Lambert défend « le vrai visage de l’agriculture »
La première journée du congrès national du syndicat a commencé au Gaec du Petit Chauveux, où se sont rendus représentants et élus…
Chasseurs, Deux-Sèvres, agriculture, chasse
Le sanglier en ligne de mire
L’ouverture générale de la chasse est le 12 septembre. En Deux-Sèvres les populations de petits gibiers ont profité d’une belle…
Congrès Fnsea : « Ici, les idées justifient les moyens »

Où il y a du dynamisme, il y a des femmes et des hommes engagés. En Deux-Sèvres, individuellement dans leur ferme mais aussi…

SCEA Le Chène Blanc, Pougne-Hérisson, Deux-Sèvres, Elevage, Chèvre, Caprin, Capr'inov
Cinq fermes pour cinq thématiques
Comme à chacune des éditions, Capr'inov propose une journée d'immersion dans des fermes. Cinq visites auront lieu le 23 novembre. 
Congrès FNSEA, Organisation, Niort, Deux-Sèvres, Acclameur
La Fnsea s’implique pour que vive la ruralité
Plus de 1000 membres du réseau Fnsea sont attendus à Niort pour le congrès de l’organisation nationale. Initialement programmé en…
Claustration des volailles dans une quarantaine de communes du sud Deux-Sèvres
Après un cas dans les Ardennes, la claustration des volailles est imposée depuis vendredi 10 septembre dans les zones à risque…
Publicité