Aller au contenu principal

Abeilles : le potentiel nectarifère des cultures en question

Depuis plusieurs années, la production de miel diminue sur le territoire. Une baisse qui conduit à s’interroger sur la quantité de nectar disponible pour les abeilles, en fonction des variétés cultivées, par exemple.

Pour produire du miel et constituer des réserves pour l’hiver, les abeilles ont besoin de nectar.
Pour produire du miel et constituer des réserves pour l’hiver, les abeilles ont besoin de nectar.
© Chambre d’agriculture de Charente Maritime

Pour produire du miel et constituer des réserves pour l’hiver, les abeilles ont besoin de nectar. Dans le département, « aucun élément paysager présent ne peut rivaliser avec le colza et le tournesol. Ces deux grandes cultures produisent aux environs de 500 kg de nectar par semaine autour d’un rucher », souligne Jean-François Odoux, ingénieur d’étude à l’Inra le Magnereau.
Ces productions constituent donc un vrai enjeu pour les apiculteurs, en particulier le tournesol, dont les surfaces cultivées sont plus importantes, et qui permet d’assurer la dernière miellée avant l’hiver. Pourtant, chaque année, les rendements de miel diminuent.
De nombreuses hypothèses font aujourd’hui l’objet d’études pour comprendre les raisons de cette baisse. Parmi elles, l’idée selon laquelle la création de nouvelles semences plus résistantes aux maladies et plus riches en huile pourrait occasionner une baisse de la fréquentation des abeilles, voire de la production de nectar.

A lire la suite dans Agri 79 du 3 août.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité