Aller au contenu principal
Font Size

Abeilles : le potentiel nectarifère des cultures en question

Depuis plusieurs années, la production de miel diminue sur le territoire. Une baisse qui conduit à s’interroger sur la quantité de nectar disponible pour les abeilles, en fonction des variétés cultivées, par exemple.

Pour produire du miel et constituer des réserves pour l’hiver, les abeilles ont besoin de nectar.
Pour produire du miel et constituer des réserves pour l’hiver, les abeilles ont besoin de nectar.
© Chambre d’agriculture de Charente Maritime

Pour produire du miel et constituer des réserves pour l’hiver, les abeilles ont besoin de nectar. Dans le département, « aucun élément paysager présent ne peut rivaliser avec le colza et le tournesol. Ces deux grandes cultures produisent aux environs de 500 kg de nectar par semaine autour d’un rucher », souligne Jean-François Odoux, ingénieur d’étude à l’Inra le Magnereau.
Ces productions constituent donc un vrai enjeu pour les apiculteurs, en particulier le tournesol, dont les surfaces cultivées sont plus importantes, et qui permet d’assurer la dernière miellée avant l’hiver. Pourtant, chaque année, les rendements de miel diminuent.
De nombreuses hypothèses font aujourd’hui l’objet d’études pour comprendre les raisons de cette baisse. Parmi elles, l’idée selon laquelle la création de nouvelles semences plus résistantes aux maladies et plus riches en huile pourrait occasionner une baisse de la fréquentation des abeilles, voire de la production de nectar.

A lire la suite dans Agri 79 du 3 août.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité