Aller au contenu principal

Viande bovine
Action GMS : les éleveurs de bovins et de porcs se serrent les coudes

Mercredi dernier, les éleveurs du département se sont retrouvés dans plusieurs GMS de Thouars, Bressuire, Parthenay, Niort et Melle pour dénoncer les écarts de prix mais également l’étiquetage.

Stickage des produits dans une GMS de Parthenay.
Stickage des produits dans une GMS de Parthenay.
© DR

Les éleveurs de bovins et de porcs se sont mobilisés la semaine dernière à travers une première opération de sensibilisation auprès des consommateurs. Distribution de tracts, stickage des produits en rayon, l’objectif était double. « Depuis 2006, c’est moins 10% pour le producteur et plus 10% pour le consommateur », ont affirmé les agriculteurs. Ainsi c’est une transparence sur les marges que la profession revendique afin de lever le mystère sur l’écart croissant entre le prix au producteur et le prix au consommateur. Aujourd’hui les éleveurs de bovins travaillent à perte, pour bénéficier d’un prix correct, ils demandent une hausse de 0,60 €/kg de carcasse.

Afin d’échanger sur la situation, les éleveurs ont souhaité rencontrer les responsables de magasin pour expliquer leur démarche mais aussi dans l’espoir, non assouvi, d’obtenir des factures d’achat pour comparer les prix. 

Enfin, cette opération avait également pour objectif de dénoncer l’étiquetage qui induit trop souvent en erreur les consommateurs. Pour la viande porcine, ce sont principalement les grandes marques de salaisonniers qui en ont été la cible ; Herta, Asote, Fleury Michon, Madrange ou encore Bigard. Les éleveurs ont cherché à sensibiliser les consommateurs dans les rayons en leur expliquant que des produits portant la notion « transformé en France » ne précisaient en aucun point le pays d’origine de la viande, les éleveurs demandent un meilleur affichage et une mise en avant des produits français. « Il faut acheter VPF, c’est la seule garantie d’acheter du porc français », ont rappelé les éleveurs de porcs du département présents à Parthenay. 

La profession souhaite poursuivre ses actions de manière croissante afin de faire entendre ses revendications et pour que chacun puisse vivre décemment de sa production. Aussi, mercredi 29 septembre, les aviculteurs et les cuniculteurs avaient rendez-vous au Super U pour manifester à leur tour leur mécontentement.

 


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité