Agri79 Informations 19 décembre 2019 à 09h00 | Par CHRISTELLE PICAUD

Arrêté antipesticides : « j’irai au tribunal administratif »

Agribashing et charte de territoire : deux sujets évoqués par le préfet lors de sa conférence de presse mensuelle, organisée le 17 décembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Isabelle David souhaite que les exploitants fassent
remonter la moindre intrusion.
Isabelle David souhaite que les exploitants fassent remonter la moindre intrusion. - © Christelle Picaud

 

"Si les territoires s’organisent sans avoir besoin de l’intervention de l’État, je ne peux que m’en réjouir ». Ces propos, le préfet des Deux-Sèvres, Isabelle David, les tenait alors que le sujet de la charte du riverain était commenté lors de la conférence de presse programmée chaque mois à son initiative (en décembre, le 17). À 24 heures de la signature du document rédigé à l’initiative de la chambre d’agriculture (voir ci-contre), Madame le préfet n’en connaissait pas le contenu. « Rien de grave », assurait-elle, avant de rappeler quelques points essentiels. « Les conclusions de la consultation publique sur les distances d’épandage donneront lieu à la publication d’un décret. Il est attendu pour janvier. Si la charte départementale propose un cadre moins-disant, c’est bien la règle nationale qui s’appliquera ».

Enchantée de constater que les acteurs du territoire vont de l’avant, Isabelle David veille au respect du cadre légal pour toute initiative. Concernant l’arrêté antipesticides pris par le maire de Chizé le 22 octobre, elle fait preuve de fermeté. « S’il n’est pas retiré, j’irai au tribunal administratif. Les maires ne peuvent pas prendre ce type de décision ».

Déclarer les incidents

L’observatoire de l’agribashing, objet d’une réunion vendredi 13 décembre avec la profession agricole, comptait parmi les sujets évoqués avec la représentante de l’État. Les responsables syndicaux – Fnsea, JA, Coordination rurale et Confédération paysanne (cette dernière n’était pas représentée) – ainsi que le président de la chambre d’agriculture et un représentant de la MSA étaient invités à participer aux réflexions conduites en présence des services de gendarmerie, de police, de la sécurité civile et des renseignements généraux. « Cet observatoire est le prolongement du travail engagé au niveau national par le ministre de l’intérieur », précisait Isabelle David. La cellule Déméter est un outil créé pour coordonner l’action des forces de gendarmerie sur les différents événements, de l’agression à la dégradation sans oublier l’intrusion, que peuvent subir les agriculteurs. « De fait, il est essentiel que les exploitants se manifestent, portent plainte, chaque fois qu’ils sont confrontés à un comportement répréhensible », encourage le préfet.

De même, elle suggère aux plus jeunes, et notamment aux JA, de structurer un réseau d’ambassadeurs. « La communication est une force pour lutter contre l’agribashing. Le directeur des services vétérinaires me certifiait que la consommation d’antibiotiques dans les élevages était en forte baisse ces dernières années. Il faut le faire savoir ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes