Agri79 Informations 15 janvier 2020 à 07h00 | Par Carole Mistral

Généalogie : se lancer sur la piste de ses ancêtres

Remonter le fil du temps et retracer son histoire à travers les siècles séduit de plus en plus d'amateurs mais cette activité nécessite méthode et rigueur. Le cercle généalogique des Deux-Sèvres mène des séances d'initiation pour accompagner les novices au mieux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Faire son arbre généalogique n'est pas chose aisée. Malgré le gros travail de retranscription et de classement du cercle généalogique et de numérisation des archives départementales, les documents restent difficiles à trouver. « C'est un travail qui ne se finit jamais », indique Danièle Billaudeau, du cercle généalogique.
Faire son arbre généalogique n'est pas chose aisée. Malgré le gros travail de retranscription et de classement du cercle généalogique et de numérisation des archives départementales, les documents restent difficiles à trouver. « C'est un travail qui ne se finit jamais », indique Danièle Billaudeau, du cercle généalogique. - © Archives Bas-Rhin

Jouer les détectives est un passe-temps qui a le vent en poupe. Mais loin d'un escape game, qui plonge l'amateur dans le rôle pendant une heure, la généalogie lance sur la piste de ses ancêtres pendant une période indéfinie. « Une fois qu'on a mis le doigt dedans, il est très difficile de s'arrêter. On sait quand on commence mais on ne finit jamais vraiment, il y a toujours plus à découvrir », présente Danièle Billaudeau, du cercle généalogique des Deux-Sèvres. Toutefois, ce travail minutieux d'enquête nécessite de suivre une méthode bien claire, au risque de se compliquer grandement la tâche et d'abandonner, une fois complètement perdu.

C'est pour accompagner les amateurs que le cercle généalogique départemental propose chaque année des séances d'initiation dans ses locaux, dans les médiathèques ou encore au sein des archives départementales des Deux-Sèvres. Lors d'une séance fin septembre, à Niort, la grande majorité des participants étaient des retraités à la recherche de leurs origines ou en quête d'astuces pour aider des proches. Mais personne ne savait vraiment par où commencer.

Recueillir de manière orale

La première étape se révèle être la plus simple car la plus proche temporellement du « de cujus », la personne qui débute la généalogie. Il s'agit alors de recueillir des informations de manière orale, auprès des aïeuls ou des anciens du village, qui seront à même de transmettre des photos ou de disposer d'informations qui ne se retrouvent pas dans des archives. « Cette première étape est indispensable car il existe de toute façon en France un délai de protection de la vie privée, qui est de 75 ans à compter de la clôture du registre, indique l'ancienne présidente de la structure associative. De plus, on ne peut pas partir de rien ».

L'étape suivante est de se rendre dans les cimetières, dont les pierres tombales peuvent révéler des informations inédites. C'est ensuite que la plongée dans les archives peut se faire. En mairie, tout d'abord, où il est possible de mettre la main sur les actes de mariage, de naissance et de décès, ainsi que sur les tables décennales communales et cantonales, classées chronologiquement pour chaque lettre.

Une méthode standard

Ensuite, c'est aux archives départementales que l'aventure continue, avec les registres d'état civil, qui sont accessibles en ligne jusqu'en 1912, et les registres paroissiaux et pastoraux, jusqu'à la fin de l'année 1792. « Il est toujours recommandé de vérifier les originaux car des erreurs peuvent se glisser dans les copies », appelle à la vigilance Laurent Delenne, des archives départementales. « Au-delà de ces sources, il est également intéressant de consulter les listes de tirage au sort des conscrits, les registres matricules militaires, les recensements de population et les actes notariés », complète Serge Jardin, du cercle généalogique.

Une fois rassemblées toutes ces informations, il est recommandé de ne pas se précipiter dans la restitution et de suivre la méthode de classement standard dite « Sosa-Stradonitz », du nom de ses inventeurs, et qui se base sur un système de numérotation. Ainsi, le « de cujus » porte le numéro 1, son père le 2 et sa mère le 3. La règle est que le numéro du père est toujours le double de celui de l'enfant et la mère le double +1. De ce fait, un homme porte toujours un numéro pair et une femme un numéro impair.

Des logiciels comme Heredis et Geneatique sont des outils intéressants pour accompagner les amateurs et offrent des services annexes comme la densité de population de la commune à l'époque ou la cartographie des déplacements de la famille. La généalogie est une quête sans fin.

Le cercle généalogique des deux-sèvres

Depuis une trentaine d’années que le cercle généalogique des Deux-Sèvres existe, plus de deux millions d’actes ont été lus, transcris manuellement, saisis, vérifiés et rentrés dans une base orthographique, facilitant grandement les recherches. Cela représente 17 mètres de rayonnage aux archives départementales, en consultation libre. Le premier travail du cercle consiste à dépouiller, acte par acte, tous les registres paroissiaux et pastoraux du département, en privilégiant les mariages, pour constituer des tables alphabétiques en format papier, ce qui lève les difficultés de lecture des actes anciens par exemple. Sa base de données est consultable sur son site Internet, genea79. Le cercle édite également un bulletin trimestriel ainsi que quelques ouvrages comme le guide des recherches protestantes (importantes pour une partie des Deux-Sèvres) ou encore les 42 Niortais partis au Canada. Des permanences sont aussi organisées pour initier à la technique de la généalogie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Celine (95) | 15 janvier 2020 à 12:10:46

Hérédis n'est pas gratuit

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes