Agri79 Informations 29 novembre 2019 à 16h00 | Par Mickaël Sonet

Les sections des anciens exploitants de l’Ouest se mobilisent sur la question des retraites

Alors que le gouvernement prépare la mise en place d’un régime universel, les sections anciens exploitants de Bretagne, Pays de la Loire et des Deux-Sèvres se sont retrouvées pour réfléchir sur la défense des droits des retraités agricoles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La section des anciens exploitants est favorable à la notion de parité que veut mettre en place le gouvernement via la réforme du régime des retraites. Le syndicat milite pour cela depuis 1975.
La section des anciens exploitants est favorable à la notion de parité que veut mettre en place le gouvernement via la réforme du régime des retraites. Le syndicat milite pour cela depuis 1975. - © M.S.

«La réforme en préparation pourrait constituer un progrès significatif pour le monde agricole mais nécessitera une mobilisation de l’ensemble des retraités et des actifs agricoles », encourage Hélène Blaud, secrétaire générale de la section nationale des exploitants de la Fnsea. Les 25 et 26 novembre, les représentants des anciens exploitants étaient mobilisés. Pendant deux jours, ils ont pris les temps de faire un point sur le combat syndical autour des retraites agricoles.

Vigilante sur un certain nombre de points, la Fnsea, parce qu’elle se bat depuis 1975 pour la mise en place de la parité avec les autres régimes de retraite, est favorable à la réforme préparée par Jean-Paul Delevoye.

Quarante ans après le vote du principe de parité arraché par la section nationale des anciens exploitants en 1980, la mise en place d’un régime universel en points pour tous les revenus, englobant les 42 régimes existants et posant le principe qu’un euro cotisé donne les mêmes droits à tous, est une bonne chose pour la Fnsea. Le syndicat, à travers sa section des anciens exploitants, voit également d’un bon œil l’instauration d’un socle minimal égal à 85 % du Smic, soit environ 1 000 euros par mois, applicable à tous les Français. Un montant à comparer aux 750 euros de pension agricole mensuelle actuelle.

S’aligner sur le taux de cotisation des salariés
Le sujet des cotisations des actifs reste « un sujet sensible ». Effectivement, le taux de cotisation retraite des chefs d’exploitation (actuellement à 21,11 %) devrait, selon l’actuel projet, augmenter pour s’aligner sur celui des salariés (28,12 %). Cela permettrait de bénéficier de la revalorisation du minimum pour une carrière complète à 85 % du Smic, tout en baissant les cotisations pour les plus faibles revenus (via une baisse de la cotisation minimum).

La Fnsea est également vigilante sur les retraités d’aujourd’hui qui doivent bénéficier du minimum de 85 % du Smic avec un financement par l’impôt.

Enfin, elle milite pour le maintien de l’âge légal de la retraite à 62 ans, le maintien des départs anticipés (carrière longue, handicap) et le maintien de la MSA comme interlocuteur des agriculteurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui