Agri79 Informations 25 novembre 2019 à 07h00 | Par Laurence Guilemin et Agri 79

« SOS installations agricoles deux-sévriennes en détresse »

Du 12 au 14 novembre, des éleveurs hollandais sont venus sur le bassin laitier Charentes-Poitou, à l'invitation de l'association centrale des laiteries coopératives. Une opération qui n'a pas plu aux syndicats agricoles, qui pointent plutôt le manque de rentabilité comme frein à l'installation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © ACLCCP

«On marche sur la tête », juge Shayna Darak, le président de JA 79, à l'évocation de l'opération de l'association centrale de laiteries des Charentes et du Poitou. Confrontée à une diminution du nombre d'exploitations et du volume de lait en vaches et en chèvres, l'ACLCCP a décidé de prendre le sujet à bras-le-corps.
La commission ressource laitière et communication dirigée par Laurent Chupin, a pour mission « d'actionner tous les leviers pour résoudre cette problématique ».

Le travail a commencé par la conclusion d'un partenariat avec un intermédiaire hollandais, spécialisé dans la mise en relation de repreneurs potentiels du nord de l'Europe avec des exploitants français portant un projet de transmission. Cette initiative a pris forme du 12 au 14 novembre. Quatorze Hollandais, entre 20 et 55 ans, aux profils variés, ont été accueillis dans des exploitations de la région. Le manque de surface, le prix du foncier élevé, le peu d'avenir chez eux, les difficultés pour s'installer, sont autant de raisons données par ces derniers pour expliquer leur intérêt pour la France.

Se tourner vers des porteurs de projets étrangers « est incohérent et totalement incompréhensible », poursuit le syndicat Jeunes Agriculteurs dans le communiqué de presse adressé le 12 novembre. JA rencontre 300 porteurs de projets par an. « Tous sont motivés. Il faudrait peut-être se demander pourquoi ils ne s'installent pas ? ».

À cette question le syndicat propose pour réponse : « Un revenu pas assez élevé et instable en production laitière ». Et de poursuivre « Quelle que soit leur nationalité, les agriculteurs ont besoin d'un revenu attractif ». Les laiteries, « sûrement trop occupées à porter leurs propres travaux pour faire toujours plus de marges », sont, selon les Jeunes Agriculteurs, « aux abonnés absents lorsqu'elles sont sollicitées pour construire au profit de l'installation de jeunes du territoire ».

Interpellé par le représentant des JA, Jean-Marc Renaudeau, président de la chambre d'agriculture des Deux-Sèvres, rappelle son engagement au profit de la transmission-installation en agriculture. « La chambre d'agriculture travaille auprès des cédants (formation, répertoire départ installation, action de repérage sur les territoires) et des futurs installés. Le point accueil installation reçoit plus de 250 porteurs de projets par an et plus de cent empruntent le parcours à l'installation. Les outils existent tous les acteurs du monde agricoles doivent s'en emparer et les faire vivre. Le défi du renouvellement des générations doit être relevé collectivement. Il est impératif de maintenir l'activité et la dynamique économique agricole dans nos territoires ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui