Agri79 Informations 08 octobre 2019 à 07h00 | Par Anne Frintz

Une bergerie naturellement ventilée et éclairée

Suite à l’augmentation de son cheptel de Charollais, le Gaec Les Bournais, au lieu-dit Chaume, à Faye-l’Abbesse, a fait construire une seconde bergerie en 2018-2019. Clairevoies bois, faîtière pare-vent, toiture isolée et translucides sur les côtés : elle résiste mieux à la chaleur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans une bergerie baignée de lumière naturelle et bien aérée, les animaux et les éleveurs sont mieux, assure Clément
Thibaudeau.
Dans une bergerie baignée de lumière naturelle et bien aérée, les animaux et les éleveurs sont mieux, assure Clément Thibaudeau. - © A.F.

Clément Thibaudeau, le plus jeune des deux cousins associés du Gaec Les Bournais, au lieu-dit Chaume, à Faye-l’Abbesse, est satisfait de l’investissement : « je remplis ce bâtiment, comme il est nouveau et que je l’aime bien », dit-il, en embrassant du regard l’intérieur de la bergerie de 350 places flambant neuve. Il apprécie particulièrement la lumière naturelle qui l’éclaire via les translucides de 70 cm de hauteur, placés sur la façade du bâtiment, juste sous le toit. « L’entrée de la lumière se fait par les côtés. Le soleil ne tape jamais directement sur les translucides car le toit dépasse un peu », détaille Clément.

Exit les translucides sur la couverture, dans ce bâtiment, conçu avec Christophe Béalu, des chambres d’agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres. La toiture est isolée. Constituée de panneaux sandwich de couverture isolés avec une mousse de polyuréthane de 40 mm, elle accuse un surcoût de 13 €/m2 par rapport à un fibrociment non isolé. Mais éligible aux aides PCAE, qu’il recevra cette fin d’année 2019 a priori, le Gaec Les Bournais sait que 30 % des travaux seront pris en charge. Sur près de 10 000 € pour une surface de 785 m2 de couverture isolée, il lui restera environ 7 000 € à amortir sur quinze ans. Ramenée au coût total du nouveau bâtiment, qui s’élève à 102 000 € (sans compter l’aide), la dépense n’est pas excessive.

« Les brebis ont moins souffert cet été »
L’éleveur de 520 brebis, même s’il n’a qu’un été de recul, apprécie cette nouveauté. Conjuguée à la ventilation naturelle amenée par les clairevoies, l’ouverture des portes et la faîtière pare-vent qui « aspire » l’air vicié, l’isolation de la toiture permet d’éviter le coup de chaud dans la nouvelle bergerie. Clément Thibaudeau avertit tout de même : il n’y a pas de miracle. « Si la canicule s’installe, s’il fait chaud jour et nuit, six jours d’affilée, et s’il n’y a pas d’air, la chaleur finit tout de même par entrer dans le bâtiment ».
Pour ce projet, financé grâce à un prêt du Crédit Agricole, le Gaec Les Bournais a fait appel à deux entreprises de Chiché : ATP, pour le terrassement, et la Sarl Blanchard, pour la charpente et la couverture.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. AGRI 79 se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui