Aller au contenu principal

Adapter la ration de la jument allaitante au pâturage

Au pâturage, lorsque la lactation est synchrone avec la pousse de l'herbe, il n'est pas nécessaire de complémenter la jument suitée. Il faut néanmoins surveiller la qualité et la quantité de l'herbe disponible pour couvrir ses besoins.

La date de poulinage doit correspondre à la disponibilité en herbe pour couvrir au mieux les besoins de la jument et du poulain.
La date de poulinage doit correspondre à la disponibilité en herbe pour couvrir au mieux les besoins de la jument et du poulain.
© F.D’alteroche

Alors que les besoins nutritionnels en cours de gestation augmentent de façon très graduelle et tardive, au dixième et onzième mois, la lactation est l'état physiologique qui demande le plus d'apports nutritionnels. Les besoins de la jument en début de lactation représentent le double de ses besoins d'entretien. Pour assurer une bonne croissance du poulain sans nuire aux capacités de reproduction de la mère, il est important de bien alimenter la jument allaitante.
La production laitière couvre une part importante des besoins de croissance du poulain, qui passe de 10 à 45 % de son poids adulte pendant les six premiers mois de vie. Les besoins du poulain sont à leur maximum vers deux mois, de 2 à 3,5 kg de lait/100 kg de poids vif/jour, soit 10 à 20 litres par jour selon les races. Adapter la complémentation de la ration de la mère en fonction de la date de poulinage et de la disponibilité en herbe permet de couvrir au plus près les besoins de la jument et du poulain.


Ces travaux sont présentés par l'Ifce, l’institut français du cheval et de l’équitation, dans le cadre du programme Équi-pâture. Il a pour ambition de promouvoir des pratiques efficientes pour mieux valoriser l'herbe dans l'alimentation du cheval et pratiquer une vermifugation ciblée. Le programme Equi-pâture 2016-2017 s'appuie sur le suivi de douze exploitations en Normandie, dans le Centre et dans le Limousin. Ces structures volontaires, dites « pilotes », ont été choisies afin d'illustrer la diversité des activités agricoles équines et des spécificités régionales.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 17 juin 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité