Aller au contenu principal

Matière organique
Adapter les apports au pouvoir fixateur du sol

L’analyse du profil de sol offre des données déterminantes pour cibler les leviers agronomiques adaptés. Démonstration par le formateur Jean-Pierre Scherer lors d’une journée d’information sur le stockage de la matière organique en grandes cultures bio.

Le pouvoir fixateur du sol peut être estimé par de simples observations du profil de sol et des manipulations de la terre. Il détermine ensuite la quantité des apports. L’activité de la matière organique, elle aussi lisible dans le sol, fixe la qualité de ces apports.
© Léa Calleau

Pendant le mois de la bio, Agrobio Deux-Sèvres et Bio Nouvelle-Aquitaine ont organisé une journée d’informations sur la thématique du stockage de la matière organique en grandes cultures, en partenariat avec des syndicats des eaux, le 26 novembre. Le polyculteur et éleveur porcin Jérôme Dairé, converti à l’AB depuis deux ans, accueille ces temps d’échanges sur son exploitation, à Germond Rouvre. Jean-Pierre Scherer, formateur en agronomie à la MFR de Chauvigny, est intervenu sur la notion de pouvoir fixateur du sol. Par l’analyse d’un profil de sol, il détermine sa capacité de fixation, qui va définir la quantité des apports organiques et calciques nécessaire, sans alimenter le lessivage ou au contraire engorger le sol.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité