Aller au contenu principal

Afdi : l’agriculture togolaise bousculée par la pandémie

L’association a suivi de près les difficultés rencontrées par les exploitants du Togo et les solutions qu’ils ont mis en place pour maintenir l’activité.

© Afdi

Dès le mois d’avril, la Coordination togolaise des organisations paysannes et de producteurs agricoles (CTOP)* a réagi face aux mesures de confinement qui aggravaient fortement la situation des exploitations familiales du pays en mettant en place un plan global de riposte. En effet, plus de 60 % des Togolais et 95 % des habitants des zones rurales sont employés dans le secteur agricole. La restriction des activités de collecte, de transformation et de commercialisation, mais aussi les difficultés d’accès aux intrants, ont eu des incidences directes sur la capacité de subsistance d’une majeure partie de la population.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité