Aller au contenu principal

Salon de l’irrigation
Affluence dans les allées du salon de l’irrigation à Poitiers

Après une année marquée par la sécheresse, les irrigants sont plus que jamais demandeurs de retenues de substitution. Ils l’ont fait savoir lors du salon de l’irrigation au Futuroscope.

Le salon de l’irrigation a rassemblé une soixantaine d’exposants.
Le salon de l’irrigation a rassemblé une soixantaine d’exposants.
© E. H.
La star du jour, c’était bien sûr l’irrigation. Mardi dernier, au Palais des congrès du Futuroscope, l’Association des irrigants de la Vienne (Adiv) organisait son second salon de l’irrigation. Après l’assemblée générale de l’association, deux tables rondes étaient organisées, autour du stockage de l’eau. « Pour moi, le stockage, c’est une évidence. L’enjeu, c’est de passer d’un million de mètres carrés actuellement stockés à dix, pour le bassin du Clain » lance Jean-Luc Pousse, président de l’Adiv après l’exposé fait par Emmanuel Cloppet, responsable de la division Agrométéorologie au sein de Météo France, sur l’évolution du climat. Un constat partagé par Jean-Louis Laurent, vice-président des Irrigants de France, qui ajoute que les blocages constatés dans la Vienne sont les mêmes à l’échelon national. « On n’irrigue pas par plaisir, mais par nécessité. Il y a malheureusement des élites dans nos ministères qui sont noyautés par des environnementalistes qui sont dans une logique de décroissance. »
Second temps fort de la journée, le salon de l’irrigation en lui-même, qui accueillait une soixantaine d’exposants.
Vendeurs de matériel lié à l’irrigation, banques, assurances, semenciers et autres négoces ou coopératives avaient installé leurs stands à quelques pas de l’amphithéâtre qui accueillait l’assemblée générale de l’Adiv et le débat qui a suivi. Des exposants plus nombreux que lors du premier salon de l’irrigation, organisé il y a trois ans, et qui ont forcément apprécié l’affluence constatée dans les allées. À noter que parmi les visiteurs, outre les agriculteurs  de la région, on notait une délégation d’irrigants de l’Isère, intéressés pour organiser le même type d’événement dans leur département. « Notre vocation, c’est aussi de faire grandir ce type de rendez-vous », confirme Laurent Fombeur, animateur de l’Adiv.

Pierre Trouvat, président de la section irrigation de la fnsea79 :
« Actuellement le travail se concentre sur la finalisation du règlement intérieur de la Coop de l’eau, organisme porteur du projet de création de ressources. Des relations importantes sont maintenues avec l’administration notamment sur la déconnexion des plans d’eau et les projets de création surtout dans le nord du département.
Dans la foulée, les derniers intéressés pour intégrer le projet se font connaître.
Sur le secteur de la Sèvre, le dossier des retenues de substitutions est en cours et progresse certes doucement mais sûrement.
Les dossiers retenus pour ces projets de création de ressources continuent d’évoluer, ainsi chaque personne ayant déposé un dossier sera tenue informée de tout changement.
Enfin, le dossier continuera d’avancer en reconvoquant secteur par secteur, les personnes concernées par un projet dans le sud du département. »

Propos recueillis par
CLAIRE BAZILÉ

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité