Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Lait
Agrial et Eurial annoncent leur projet de fusion de leurs activités laitières

Vendredi 18 janvier, à l’issue d’un Comité central d’entreprise exceptionnel, les coopératives Agrial et Eurial ont annoncé leur rapprochement.

La nouvelle entité, qui portera le nom d’Eurial, constituera à terme, avec 2 milliards de litres de lait, le deuxième groupe laitier coopératif français, et le sixième opérateur laitier français.
La nouvelle entité, qui portera le nom d’Eurial, constituera à terme, avec 2 milliards de litres de lait, le deuxième groupe laitier coopératif français, et le sixième opérateur laitier français.
© N. C.
Vendredi 18 janvier, à l’issue d’un Comité central d’entreprise exceptionnel, les coopératives Agrial et Eurial ont annoncé leur rapprochement, devant déboucher sur une fusion de leurs activités laitières d’ici deux ans.
Si Eurial est un grand et ancien groupe fromager, qui transforme un milliard de litres de lait par an, Agrial, lui, est un nouveau venu sur le lait. D’origine normande, Agrial est surtout connu pour ses activités en légumes, avec la marque Florette, et en cidre, avec la marque Loïc Raison, toutes deux leaders sur leurs marchés.

La nouvelle entité portera le nom d’Eurial
Agrial est entré récemment dans le monde du lait, en reprenant les activités de collecte de l’ancienne Union laitière normande (ULN), puis en créant Senagral avec l’entreprise Senoble.
Après consultation de toutes les instances concernées, et notamment  de l’autorité de la concurrence, la branche laitière d’Agrial, baptisée Filae, devrait donc rejoindre Eurial. La nouvelle entité, qui portera le nom d’Eurial, constituera à terme, avec 2 milliards de litres de lait, le deuxième groupe laitier coopératif français, et le sixième opérateur laitier français.
Ces deux coopératives, toutes les deux en très bonne santé financière, ont ainsi pour objectif de préparer l’après 2015, et de conforter leurs débouchés, en particulier sur les marchés à l’export, car c’est là que se situent les marges de progression et les meilleurs gages de la pérennité des exploitations de leurs coopérateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Partir de la ferme... pour mieux revenir
Alexandre Brousseau rejoint l’exploitation familiale à Nueil-les-Aubiers, après avoir acquis de l’expérience comme technicien-…
Hélène Blaud, présidente nationale des anciens exploitants
Jeudi 14 mai, Hélène Blaud a été élue présidente de la section nationale des anciens exploitants. Pendant trois ans, la Deux-…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Tourisme vert pour un département "vert"

Après les annonces du gouvernement sur un plan de relance du tourisme, avec une enveloppe de 18 milliards d’euros à la clé, le…

Publicité