Aller au contenu principal

Parcours
Agriculteur, le choix de l’indépendance

En 2003, lassés de la vie à l’usine, Philippe Sanchez et Didier Gabard s’installent. Ils montent un bâtiment de gavage de 2600 places. Quatre ans plus tard, un nouvel investissement permet l’arrivée d’un autre associé : Samuel est aujourd’hui un ex-maçon.

Samuel Huvelin, ancien maçon, Didier Gabard et Philippe Sanchez, précédemment salariés chez Fleury Michon sont aujourd’hui à leur compte. L’astreinte quotidienne imposée par le gavage des canards est un inconvénient dont se satisfont les associés ravis de gérer leur propre entreprise.
Samuel Huvelin, ancien maçon, Didier Gabard et Philippe Sanchez, précédemment salariés chez Fleury Michon sont aujourd’hui à leur compte. L’astreinte quotidienne imposée par le gavage des canards est un inconvénient dont se satisfont les associés ravis de gérer leur propre entreprise.
© DR

Vendredi. Deux Camions s’approchent des bâtiments d’élevage de la Scierie des Landes.  Leur contenu : 4200 canards mulards prégavés. Age des animaux, 11 à 13 semaines.
Cette arrivée, deux jours seulement après le départ de la précédente bande, annonce une nouvelle période d’astreinte pour les associés de la récente exploitation agricole. Réception, mise en place, pose des abreuvoirs, nettoyage des bâtiments, cette première grosse journée se termine par le gavage des animaux. Pendant 12 jours, toutes les 11 à 12 heures, les 4200 sujets recevront leur dose de farine de maïs. Didier, Philippe et Samuel, le dernier arrivé, seront à pied d’œuvre... et sans rechigner. Ces trois anciens salariés n’hésitent pas une seconde. « Aux  horaires et à la soumission », imposés aux employés des usines qu’ils étaient, Didier et Philippe préfèrent l’astreinte quotidienne de leur élevage. « Elle va de paire avec l’autonomie, la liberté d’entreprendre et la disponibilité en journée. » Après quatorze années dans la maçonnerie, Samuel installé en février dernier, apprécie de pouvoir accompagner ses enfants à l’école. « De 10 heures et jusqu’à 15 ou 16 heures, c’est chasse, jardin, bricolage... Chacun s’adonne à ses plaisirs personnels. »

1200 canards par gaveur
Après cinq années d'existence, l’exploitation de gavage en contrat avec la coopérative Val de Loire tourne à plein régime. A Saint-Amand-sur-Sèvre, un deuxième bâtiment est sorti de terre fin 2007. Satisfaits de leurs résultats technicoéconomiques Didier et Philippe, à l’origine de l’exploitation, investissaient à nouveau. Aux 2600 places initiales, ils ajoutaient 1400 places. Pour absorber la nouvelle charge de travail, l’entrée d’un nouvel associé est privilégiée à l’emploi d’un salarié. « Il n’était pas possible de faire travailler un employé 12 jours de rang », explique Philippe.
Formé en début d’année, Samuel est aujourd’hui à l’œuvre aux côtés de ses associés. « A chaque bande, nous avons chacun la responsabilité de 1200 canards. Un animal ne connaît qu’un gaveur », précisent les associés. Le gavage est une étape délicate, les sujets sont fragiles. Changer d’intervenant, c’est prendre le risque de bousculer les animaux et par conséquent de détériorer les résultats technico-économiques. « Or, c’est ici que se joue la marge. Notre revenu », posent les chefs d’entreprise.

Volontaires
Après deux investissements successifs de près de 3 millions d’euros chacun, les anciens salariés ne sont pas disposés à prendre des risques. La technique, l’observation, la palpation des gosiers, sont essentiels à l’obtention de résultats rémunérateurs. Les jeudis qui suivent le départ des animaux de l’élevage, les entrepreneurs sont impatients.  « Dans la journée, Val de Loire nous communique nos chiffres. » Techniquement bons en 2008, ils ont été économiquement moyens. « L’augmentation du prix de l’aliment en est la cause », pointent les associés, confiants malgré tout. Pour en arriver là, ils ont fait face à d’autres difficultés. Trouver un terrain, boucler les plans d’épandages, convaincre une banque, demandent de la volonté pour d’anciens salariés, sans lien naturel avec le monde agricole, et qui plus est dépourvus d’apports financiers. Nul doute que la détermination qui en 2003 les menait à l’installation, en 2007 à l’agrandissement, les mène en 2009 à l’amélioration des marges.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Léa Izambart
Léa veut s’installer, malgré les difficultés
Malgré une conjoncture en berne en bovins allaitants, Léa Izambart fourmille d’idées pour amener un nouveau souffle à l’…
Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
Un contexte de plus en plus porteur pour les protéines
Certaines coopératives, comme Terrena, n’ont pas attendu le plan dévoilé en décembre par l’État pour favoriser la culture de…
Publicité