Aller au contenu principal

Aides ovines : « Si on ne favorise pas l’installation, c’est la mort de l’élevage »

2018 sonne le glas des aides ovines complémentaires. L’aide de base, pour compenser en partie cette disparition, passe à 22 € environ. Deux éleveurs deux-sévriens font le point sur les conséquences de cette « perte » sur leurs exploitations.

Maxime Baron, jeune éleveur de plus de 600 brebis au lieu-dit La Vallée, à Nueil-les-Aubiers, va « perdre » environ 4500€ d’aides cette année.
Maxime Baron, jeune éleveur de plus de 600 brebis au lieu-dit La Vallée, à Nueil-les-Aubiers, va « perdre » environ 4500€ d’aides cette année.
© Pierre Baron

Maxime Baron, 25 ans, installé en nom propre depuis 2015 au lieu-dit La Vallée, à Nueil-les-Aubiers, a reçu plus de 30 € par brebis, soit plus de 17 000 € pour ses 566 brebis en 2017. « C’était la meilleure année », constate-t-il. Il a bénéficié de l’aide aux nouveaux producteurs, de celle pour les 500 premières brebis et de celle à la contractualisation. À cause de la disparition de ces aides complémentaires, et même si l’aide unique de base passe à 22 € environ, il a calculé qu’il aura près de 4 500 € d’aides en moins en 2018. Une grosse « perte » de revenu qui va impacter le développement de sa ferme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité