Aller au contenu principal
Font Size

Alain Rousset face aux contraintes budgétaires de Poitou-Charentes

Le président du conseil régional a présenté le premier budget de la nouvelle région lundi dernier à Poitiers. Un budget marqué par la nécessité d’éponger les dettes de l’ex région Poitou-Charentes et de repartir « sur des bases saines ».

ALain Rousset souhaite maintenir la capacité d’investissement de la grande région, un poste de dépenses qui représente 38 % du budget.
ALain Rousset souhaite maintenir la capacité d’investissement de la grande région, un poste de dépenses qui représente 38 % du budget.
© Victor Bellaud

En matière budgétaire, j’adore me servir de l’aspirateur ». Lunettes sur le nez et feutre à la main, Alain Rousset a vite donné le ton de son passage à Poitiers devant la presse régionale. Venu présenter le premier budget d’ALPC, le président du conseil régional s’est voulu ferme et pragmatique. « Nous devons au plus vite redresser les comptes du Poitou-Charentes », a-t-il martelé. Le président n’a d’ailleurs pas hésité à jouer les professeurs en passant au tableau pour expliquer dans les moindres détails un budget soumis à d’importantes contraintes internes et externes.
Au total, ce dernier s’élève à 2,8 milliards d’euros, fruit des budgets des trois anciens conseils régionaux auxquels s’ajoutent les 197 millions d’euros de dettes laissées par l’ex région Poitou-Charentes. Sans oublier 10 M€ supplémentaires pour le service public du TER et 8 M€ pour le personnel correspondant au Glissement vieillesse technicité (GVT). Si la dépense supplémentaire à prendre en compte est de 215 M€, la région a choisi de limiter l’augmentation du budget à 116 M€, soit 99 M€ d’économies réelles. « Cet exercice budgétaire est particulièrement difficile. Il montre l’ampleur des dégâts et des problèmes à régler », souligne Alain Rousset.
Le président s’est néanmoins montré rassurant envers les Picto-Charentais : « le redressement de la dette ne fera pas mal en Poitou-Charentes car c’est le budget de l’Aquitaine qui fait l’effort. Ainsi, tous les engagements pris en 2015 seront honorés », affirme-t-il.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 27 mai 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité