Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Aliments
« Améliorer l’autonomie en protéines est possible en Gâtine »

La Caveb a organisé une rencontre le 28 mai dernier sur la production de protéines pour les élevages. Tour d’horizon avec Sylvain Polgne, technicien ovin à la Caveb.

La Caveb a organisé une rencontre le 28 mai dernier sur la production de protéines pour les élevages.
La Caveb a organisé une rencontre le 28 mai dernier sur la production de protéines pour les élevages.
© S. B.

La Caveb met l’accent sur la production de protéines par les éleveurs, quel message voulez-vous faire passer à vos adhérents ?
Il est possible d’améliorer son autonomie en protéines sur les exploitations des Deux-Sèvres et de la Vienne même si les sous-sols granitiques régionaux ne sont pas naturellement   propices à la culture de plantes productrices en protéines. Il faut être plus rigoureux techniquement sur la récolte des espèces fourragères déjà existantes sur l’exploitation, en  réalisant des associations graminées et légumineuses ou en introduisant la luzerne dans la rotation des cultures. Nous avons voulu apporter des solutions aux éleveurs et les rassurer sur leur technique de production. Les élevages utilisant l’ensilage d’herbe ou l’enrubannage ont plus de souplesse dans la réalisation de leurs stocks mais il faut être vigilant sur le stade de récolte des espèces fourragères  et  renouveler régulièrement les prairies temporaires (tous les 4 à 5 ans) et les entretenir.

Paul Rouvreau, expert fourrager chez Jouffray-Drillaud, a évoqué la culture de la luzerne. Peut-elle être cultivée par tous ?
Oui, mais c’est une culture très technique au démarrage, qui nécessite ensuite peu d’interventions. Dans les sols acides (pH inférieur à 6), comme en Gâtine, il est nécessaire d’apporter un amendement basique (chaux, calcaire, dolomie…), environ 500 à 750 kg de CaO/ha à l’implantation, puis tous les deux ans à l’automne. Il est toutefois souhaitable de ne pas trop élever le pH (maxi 6,5) pour éviter d’engendrer des carences, notamment en bore. La fertilisation magnésienne ne se justifie que dans les sols dont la disponibilité du magnésium est faible (MgO échangeable < à 50 mg/kg). Avant toute intervention une analyse de sol est primordiale pour viser les carences en cuivre, bore et molybdène. Au semis il est fortement recommandé de l’associer à un inoculum bactérien. Les semis doivent être réalisés en été et à l’automne (25 kg/ha) car la luzerne doit avoir trois feuilles minimum avant le froid. Paul Rouvreau a également détaillé les conditions de semis bien ressuyé et sur sol fin, le choix de la variété en fonction de la dormance. Selon lui, dans nos régions elle est située entre 4 et 6. Pour les fourrages, il faut éliminer les taupinières, surveiller  le rumex, ne jamais couper les tiges en dessous de 6 à 7 cm, et faucher avec une faucheuse conditionneuse à rouleaux plutôt qu’à doigts, trop agressive, laisser fleurir au moins une fois par an, respecter un délai de 35 jours entre deux coupes, éviter les exploitations sur des stades très tardifs, et bien conserver.

Quelles autres possibilités intéressantes techniquement et économiquement s’offrent aux éleveurs ?
Pascal Rousseau a abordé l’amélioration de l’autonomie en protéines avec les prairies existantes en optimisant le stade de récolte et la fertilisation. Il a conseillé de faire un bilan de la flore des prairies et de définir la stratégie à adopter : désherbage, regarnissage, renouvellement total des parcelles. La marge de progrès est selon lui de +30% à +50% de potentiel. Pour améliorer la flore des prairies dites de stocks avec une pérennité de 2 à 3 ans, il faut définir les parcelles à pâture et à stocks afin de varier les qualités d’espèces fourragères à implanter. Positionner 35% à 45% de légumineuses dans les associations légumineuses-graminées permet de pérenniser la qualité de la prairie. Un amendement peut améliorer la qualité de la prairie. Entre un pH de 5,5 et 6, le rendement est amélioré de 15% en tonne de MS. On peut aussi implanter des espèces fourragères entre deux cultures, ray-grass Italie-trèfle incarnat, colza fourrager, moha-trèfle d’Alexandrie, sorgho fourrager.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Publicité