Aller au contenu principal

Conjoncture
Anvol mobilisée face aux défis de la filière volailles

Alors que la Covid-19 provoque un recul de la consommation de volailles de chair, l’interprofession Anvol poursuit son double objectif : lutter contre les importations et répondre aux attentes sociétales sur le bien-être animal.  

« Nous avons énormément besoin d’investir », martèle Jean-Michel Schaeffer. Anvol a chiffré les besoins à 600 millions d’euros.
© DR

Sous l’effet de la crise sanitaire, la consommation de volailles de chair pourrait reculer de 1,1 % en 2020, alerte l’interprofession Anvol, le 7 octobre. La progression des ventes en magasins (+5,9 % attendus sur l’année) ne compensera pas la mise à l’arrêt de la restauration. Or, c’est elle qui tirait la croissance de la demande depuis quinze ans. Entre 2005 et 2019, la consommation de volailles a progressé de 30 %. En 2020, la crise sanitaire a particulièrement sinistré les filières dépendantes de la restauration. En pintades, « la situation devient dramatique », prévient Jean-Yves Ménard, président du CIPC (interprofession du poulet de chair), avec une baisse de consommation « de 20 à 25 % » sur les sept premiers mois de 2020, et des stocks de 1 300 tonnes. Idem pour le canard, dont les ventes ont plongé de 16 % par rapport aux sept premiers mois de 2019 (gras et à rôtir).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Cosset et fils : le négoce dans le sang
Implanté depuis 70 ans à Saint-Pompain, dans les Deux-Sèvres, le négoce agricole Cosset et fils démarre un projet de…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
Publicité