Aller au contenu principal

Conseils de saison
Apport d'azote sur le blé et le colza

Quelques conseils pour l'apport d'azote sur les cultures de blé et de colza en cette période.

Apport d’azote sur blé
Pour apporter l’azote sur les blés, il est conseillé d’observer l'évolution des bandes double densité. Compte tenu du faible lessivage de l’azote de ce début d’hiver, il faudra bien attendre fin janvier à début février pour décider de l'intérêt d'un 1er apport.
Jusqu’au stade épi 1 cm les besoins du blé en azote avoisinent les 60 kg/ha. Le premier apport doit assurer les besoins jusqu’à ce stade. En tenant compte de la fourniture du sol, et du faible lessivage de cette année, les outils de gestion de l’azote ne devraient pas conseillé plus de 40 à 50 unités pour le 1er apport, voire des impasses dans certaines parcelles.
Une dose de 40 à 50 unités suffit pour atteindre le nombre d’épi optimal au stade épi 1cm. . et selon Arvalis des études ont montré que le rendement et la qualité se construisent plus tardivement. Il est alors préférable de réserver le maximum d’unités totales conseillées pour le second et aussi le troisième apport pour optimiser le taux de protéine. A noter qu’un premier apport trop important peu générer des risques liés à l’excès de végétation au printemps tels que les maladies, une sensibilité plus forte à la sécheresse, aux fortes températures et surtout la verse. Un apport au dessus de 50 unités favorise les talles secondaires qui ne servent pas le rendement.

Apport d’Azote sur colza
Sur colza d’hiver, rien ne presse pour les apports d'azote qui de toute façon ne sont autorisés qu'à partir de la mi-janvier comme pour les céréales. L'évaluation de l'azote absorbé par une pesée de la matière verte de colza permet d'ajuster la dose d'engrais à compléter.
Les pesées entrée hiver montrent une grande hétérogénéité entre les parcelles (entre 200 gr/ha à plus de 2 kg/ha). Les limons sont plus homogènes avec des biomasses en moyenne qui pèsent près du double qu'en groies. Sur ces sols de groie, les faibles biomasses sont liées aux levées tardives d'octobre. Les parcelles avec une biomasse autour de 600 gr/ha sont celles ayant connu deux levées successives.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Charolais, Julien Bonnet
Concourir pour promouvoir la race charolaise : mais pas à Bressuire cette année
La nouvelle vient de tomber. Les Conviviales d'automne n'auront pas lieu en 2020. La covid-19 aura eu raison de cet évènement qui…
Publicité