Aller au contenu principal

Conseils de saison
Apport d'azote sur le blé et le colza

Quelques conseils pour l'apport d'azote sur les cultures de blé et de colza en cette période.

Apport d’azote sur blé
Pour apporter l’azote sur les blés, il est conseillé d’observer l'évolution des bandes double densité. Compte tenu du faible lessivage de l’azote de ce début d’hiver, il faudra bien attendre fin janvier à début février pour décider de l'intérêt d'un 1er apport.
Jusqu’au stade épi 1 cm les besoins du blé en azote avoisinent les 60 kg/ha. Le premier apport doit assurer les besoins jusqu’à ce stade. En tenant compte de la fourniture du sol, et du faible lessivage de cette année, les outils de gestion de l’azote ne devraient pas conseillé plus de 40 à 50 unités pour le 1er apport, voire des impasses dans certaines parcelles.
Une dose de 40 à 50 unités suffit pour atteindre le nombre d’épi optimal au stade épi 1cm. . et selon Arvalis des études ont montré que le rendement et la qualité se construisent plus tardivement. Il est alors préférable de réserver le maximum d’unités totales conseillées pour le second et aussi le troisième apport pour optimiser le taux de protéine. A noter qu’un premier apport trop important peu générer des risques liés à l’excès de végétation au printemps tels que les maladies, une sensibilité plus forte à la sécheresse, aux fortes températures et surtout la verse. Un apport au dessus de 50 unités favorise les talles secondaires qui ne servent pas le rendement.

Apport d’Azote sur colza
Sur colza d’hiver, rien ne presse pour les apports d'azote qui de toute façon ne sont autorisés qu'à partir de la mi-janvier comme pour les céréales. L'évaluation de l'azote absorbé par une pesée de la matière verte de colza permet d'ajuster la dose d'engrais à compléter.
Les pesées entrée hiver montrent une grande hétérogénéité entre les parcelles (entre 200 gr/ha à plus de 2 kg/ha). Les limons sont plus homogènes avec des biomasses en moyenne qui pèsent près du double qu'en groies. Sur ces sols de groie, les faibles biomasses sont liées aux levées tardives d'octobre. Les parcelles avec une biomasse autour de 600 gr/ha sont celles ayant connu deux levées successives.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Couvre-feu avancé : " une mesure qui a du sens " pour le préfet
Lors de la désormais traditionnelle conférence de presse préfectorale sur l'épidémie en cours, le préfet a décliné en local les…
Publicité