Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Conseils de saison
Apport d'azote sur le blé et le colza

Quelques conseils pour l'apport d'azote sur les cultures de blé et de colza en cette période.

Apport d’azote sur blé
Pour apporter l’azote sur les blés, il est conseillé d’observer l'évolution des bandes double densité. Compte tenu du faible lessivage de l’azote de ce début d’hiver, il faudra bien attendre fin janvier à début février pour décider de l'intérêt d'un 1er apport.
Jusqu’au stade épi 1 cm les besoins du blé en azote avoisinent les 60 kg/ha. Le premier apport doit assurer les besoins jusqu’à ce stade. En tenant compte de la fourniture du sol, et du faible lessivage de cette année, les outils de gestion de l’azote ne devraient pas conseillé plus de 40 à 50 unités pour le 1er apport, voire des impasses dans certaines parcelles.
Une dose de 40 à 50 unités suffit pour atteindre le nombre d’épi optimal au stade épi 1cm. . et selon Arvalis des études ont montré que le rendement et la qualité se construisent plus tardivement. Il est alors préférable de réserver le maximum d’unités totales conseillées pour le second et aussi le troisième apport pour optimiser le taux de protéine. A noter qu’un premier apport trop important peu générer des risques liés à l’excès de végétation au printemps tels que les maladies, une sensibilité plus forte à la sécheresse, aux fortes températures et surtout la verse. Un apport au dessus de 50 unités favorise les talles secondaires qui ne servent pas le rendement.

Apport d’Azote sur colza
Sur colza d’hiver, rien ne presse pour les apports d'azote qui de toute façon ne sont autorisés qu'à partir de la mi-janvier comme pour les céréales. L'évaluation de l'azote absorbé par une pesée de la matière verte de colza permet d'ajuster la dose d'engrais à compléter.
Les pesées entrée hiver montrent une grande hétérogénéité entre les parcelles (entre 200 gr/ha à plus de 2 kg/ha). Les limons sont plus homogènes avec des biomasses en moyenne qui pèsent près du double qu'en groies. Sur ces sols de groie, les faibles biomasses sont liées aux levées tardives d'octobre. Les parcelles avec une biomasse autour de 600 gr/ha sont celles ayant connu deux levées successives.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Le boom des brasseries artisanales
Les brasseries artisanales fleurissent en France, avec 328 ouvertures de brasseries cette année. Les Deux-Sèvres sont aussi…
Coloré, l'enrubannage exprime la solidarité
On les voit se multiplier dans les champs depuis 2017. A l’initiative du fabricant de film plastique trioplast, les bottes de…
Grossiste, éleveur, restaurateur : ils se lancent dans l’ultralocal
Fin juin, les frères Giraud, éleveurs de Limousines et Charolaises, ont vendu une nouvelle vache au grossiste bressuirais…
Publicité