Aller au contenu principal

Intempéries
Après le gel, les contraintes de circulation pour les poids lourds

La circulation des véhicules a été sérieusement perturbée après l’épisode de froid de la semaine dernière. Cette semaine, avec les barrières de dégel, les transporteurs ont été contraints de limiter les tonnages transportés sur le réseau secondaire.

Les barrières de dégel devraient être levées ce vendredi 17 février.
Les barrières de dégel devraient être levées ce vendredi 17 février.
© C. P.
Comme après la pluie vient le beau temps, après le gel vient le dégel. Mais lui, avec ses désagréments. Depuis lundi un arrêté du président du conseil général restreint la circulation des camions sur certaines routes du département. Au grand dam des transporteurs. Livraisons d’aliment, collecte du lait, enlèvement des animaux : tous sont concernés par les limitations de tonnage des camions sur les axes secondaires. Elles limitent le chargement des véhicules à 7,5 tonnes ou 12 tonnes et la vitesse, à 50 km/h, pour ménager les chaussées pendant la période de dégel.Il est prévu des dérogations accordées à titre individuel, mais dès lundi soir, Jean-Yves Jolly, responsable de l’entretien des routes au conseil général était catégorique : « Pas de dérogation, ou quasiment, pas ». Comme se l’est vu notifier Bernard Proust, responsable du marché aux bestiaux de Lezay. Il demandait une dérogation pour la circulation des camions sur les 6 kilomètres de la D 45 qui relient Lezay à Chey, entre Melle et Poitiers.Pour la collecte du lait, la situation n’est pas plus favorable. La laiterie de Pamplie sous-traite à Loralait, filiale du groupe Mousset, le ramassage du lait dans les fermes. Là aussi, ce fut peine perdue concernant les dérogations. Les véhicules autorisés sur le réseau secondaire sont limités à 5 000 litres, autant dire qu’avec des camions à mi-charge cela nécessite deux ou trois passages sur le même site au lieu d’un habituellement.  Mais pour certaines citernes montées sur le nombre d’essieux requis, la charge peut atteindre 12 500 litres. « Nous faisons le nécessaire pour que la collecte ne pénalise pas trop les éleveurs », explique Jacky Turpeau, chargé de l’organisation de la collecte. La « débrouille » est légion pour ces professionnels de la route qui ont pu collecter partout pendant le gel « à une ou deux exceptions près ». C’est pourquoi Jacky Turpeau ne comprend pas que les restrictions de circulation concernent des denrées périssables et pas les transports de déchets ménagers.Les accouveurs, comme l’entreprise Boyer à La Boissière-en- Gâtine, doivent transporter les poussins avec des camions à mi-charge et pour les fabricants d’aliment du bétail comme Alicoop, les contraintes sont les mêmes. A la Caveb, les plannings des abattoirs guident les approvisionnements et les départs des animaux des fermes. « C’est beaucoup de complications », résume Louis-Marie Bireau, qui comprend le bien fondé de ces mesures pour éviter que les routes ne soient défoncées. Tous les animaux gras à destination des abattoirs ont finalement été ramassés. C’était la priorité. Mais pas le transport du maigre, différé à la semaine prochaine.Mercredi en milieu de journée, « le scénario de la levée des barrières de dégel était le plus probable », selon Thierry Chouette, directeur de l’écogestion des routes au conseil général.  Les températures maximales proches de 10°C ont fait fondre la glace sous les chaussées. Restait à laisser le temps, pendant quelques heures encore, au surplus d’eau de s’évacuer pour rétablir la portance. Les services du conseil général avaient bon espoir de lever les interdictions dès ce vendredi matin, sur l’ensemble du réseau.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Étang de Beaurepaire : la digue fermée à la circulation complique le quotidien
La fermeture de la route qui traverse l’étang de Beaurepaire oblige à faire un détour de 10 kilomètres. Les fonds pour mener les…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
À la découverte de la petite Toscane argentonnaise
Loin de la plaine du sud, à équidistance de Bressuire et de Thouars, le village d’Argenton-les-Vallées se tient entre deux rives…
Publicité