Aller au contenu principal

Arboriculture : la tavelure est de retour

500 mm de précipitations sont tombés depuis le 15 mars sur les vergers deux-sévriens. Résultat : après s’être fait discrète ces dernières années, la tavelure du pommier revient en force. Le puceron cendré aussi, dont le cycle va se prolonger jusqu’au milieu de l’été.

Seules 5 ou 6 variétés commerciales sont résistantes à la tavelure mais elles ne protègent pas à 100 % de la maladie.
Seules 5 ou 6 variétés commerciales sont résistantes à la tavelure mais elles ne protègent pas à 100 % de la maladie.
© Réussir fruits et légumes

Les programmes de traitement sur les contaminations primaires sont terminés et pourtant, les pommiers sont loin d’être intacts ». Conseiller chez Label’Pom à Secondigny, Christophe Bellanger plante le décor. Ces quatre ou cinq dernières années, en Deux-Sèvres, la tavelure s’était fait oublier. Conséquence de printemps peu pluvieux. Mais en 2018, la voici de retour. Pas étonnant : 500 mm d’eau sont tombés depuis le 15 mars sur le département et la douceur s’est installée. « Des conditions idéales pour les maladies fongiques telles que la tavelure, rappelle Christophe Bellanger. Il y a toujours des spores qui traînent, dispersées par le vent depuis les pommiers des haies voisines ».

Lire la suite dans Agri 79 du 22 juin 2018

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité