Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Arriver à simplifier le stockage des déjections de volailles au champ

Pré-stocker les fumiers de volailles au moins deux mois sous les animaux obligerait les éleveurs de poulets de chair standard ou export et les éleveurs de cailles à investir dans des plates-formes voire dans d’autres systèmes de traitement de déjections coûteux.

© Réussir

Dans le cadre de la condamnation de la France par la Cour de justice européenne concernant l’application de la directive nitrates, deux points ciblent le stockage des fumiers au champ, dont le principe n’est nullement remis en cause :
- la durée qui est de dix mois actuellement dans la réglementation française a été jugée trop longue ;
- les conditions imposées pour le stockage au champ ont été considérées comme trop laxistes.
A ces problématiques est venue s’ajouter depuis le 23 octobre 2013 l’obligation de pré-stocker les fumiers de volailles au moins deux mois sous animaux. Cette nouvelle règle conduirait les éleveurs de poulets de chair standard ou export ou les éleveurs de cailles à investir dans des plates-formes voire dans d’autres systèmes de traitement de déjections coûteux et sans rentabilité.
L’administration possédant peu d’éléments techniques et scientifiques sur les fumiers de volailles, la Confédération française de l’aviculture œuvre en partenariat avec l’Institut technique de l’aviculture lors des réunions de travail pour que les exigences demandées soient réévaluées.
Des négociations sont en cours pour trouver une durée acceptable de stockage au champ, par l’ensemble des filières et par l’administration. Une période de neuf mois pourrait faire consensus.
Pour ce qui est des conditions de stockage au champ, des expérimentations sont nécessaires pour déterminer les techniques optimales. Mais le bâchage des tas n’est pas une solution retenue par la profession avicole. Cette pratique est coûteuse et elle engendrerait des pertes d’azote ammoniacal lors de l’épandage du fait d’un passage de l’azote organique en azote minéral en milieu anaérobie.
Quant à l’obligation de pré-stocker le fumier au minimum deux mois sous les animaux, la CFA demande un retour à l’ancienne rédaction des textes. Le fumier de volailles est très sec et ne produit pas de jus de constitution. Il en résulte que le stockage préalable de deux mois qui est exigé pour égoutter certains fumiers est inutile pour les fumiers de volailles.
Les responsables avicoles de la CFA, en lien avec la Fnsea, ont déjà collecté de nombreux éléments techniques pour défendre leurs positions auprès de l’administration qui à ce jour, ne possède pas d’argument pour défendre sa propre position. Le travail va donc se poursuivre et s’intensifier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Point sur le coronavirus en Deux-Sèvres au 6 mars
Un premier cas détecté en Deux-Sèvres : une femme de 40 ans a été hospitalisée hier soir au CHU de Poitiers. 
Machin'Agri Saison 1 #épisode4
Découvrez l'épandeur Ploeger AT4103 trois roues. 
D’une exploitation à l’autre, des impacts du simple au double
Sur le pont en plein cœur de la crise qui cloître la majorité des Français chez eux, les agriculteurs s’adaptent avec courage à…
Intergénérationnel, le palet fait des adeptes
Jeu traditionnel des départements de la Vendée et du Poitou, le palet n’a rien d’une activité ringarde et séduit les grands comme…
Pour l’avenir du métier : anticiper la reprise
La MFR Saint-Loup-sur-Thouet et la chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont noué un partenariat depuis deux ans pour améliorer…
Concours général agricole : le palmarès 2020 des Deux-Sèvres
Les Deux-Sèvres se sont distinguées au CGA. Le concours de la Parthenaise a été une fois de plus un temps fort du SIA2020. 
Publicité