Aller au contenu principal
Font Size

Parthenaise
Assurer la vente de reproducteurs

Vincent Loiseau, directeur de France Parthenaise, revient sur la période de confinement et expose comment la filière s’est adaptée pour maintenir les ventes.

La dernière entrée des veaux à la station de Melle a eu lieu le 27 mai dernier, pour une vente qui aura lieu le 15 octobre prochain.
© France Parthenaise

La demande en reproducteurs ne s’est pas arrêtée avec le confinement. Les éleveurs et les organismes se sont adaptés. Le 16 mars, veille du confinement, le bureau de France Parthenaise a pris une décision en urgence pour la station : annuler la vente du 24 mars et renvoyer les veaux dans les élevages. « On a imaginé toutes les options, se rappelle Vincent Loiseau, organiser des portes ouvertes, une vente en ligne... Elles se fermaient les unes après les autres. » Les éleveurs sont prévenus à midi. À 18h30, les 47 veaux sont partis. Une solution « sage » pour le bureau de France Parthenaise, qui ne savait pas si les animaux allaient rester quinze jours, un mois voire plus. Une façon aussi d’éviter des coûts de pension pour les éleveurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité