Aller au contenu principal
Font Size

Chaleur et travaux des champs
Attention à l'entretien des engins !

Sur leurs exploitations, les agriculteurs vont devoir redoubler de vigilance avec les fortes températures annoncées et les moissons en cours. Quelques précau­tions sont à prendre pour limi­ter un potentiel départ de feu.

© Piqsels.

Chaque matin, la moisson­neuse-batteuse et la ramas­seuse-presse (bottes rondes ou cubiques) doivent être soigneusement dépoussié­rées pour éviter les accumu­lations de menue paille et de poussière autour des organes tournants. Après ce nettoyage, un coup d’oeil autour des élé­ments tournants permet de détecter les pièces dégradées et de les réparer à temps.

Dépoussiérer et surveiller les roulements

Un soin particulier de dépous­siérage sera à réaliser aussi autour des différents éléments (parfois très chauds) compo­sant la sortie d’échappement du moteur des moissonneuses et des tracteurs. Des faisceaux électriques en sont parfois très proches.

Il convient de procéder à une révision pointue de la moissonneuse. Il faut vérifier qu’il n’y a pas de jeu et de frottements anormaux sur les pièces métalliques. Les roulements doivent être vérifiés, leur mauvais état  reste une des causes principales des incendies que l’on déplore l’été. Le graissage, l’entretien des chaînes et leur tension ainsi que l’état des courroies et le taux d’usure des battes doit être vérifiée. Les points électriques seront contrôlés pour éviter toute surchauffe liée à un dysfonctionnement.

Une coupe pas trop basse

À bord de la moisson­neuse-batteuse et du tracteur réalisant le battage, il faut pré­voir un extincteur permettant d’intervenir dès le départ de feu et avoir un récipient avec  de l’eau dans la cabine.

Pour éviter l’échauffement et le risque d’étincelles sous la coupe, il est préférable de couper un peu plus haut et de relever les sabots palpeurs positionnés sous la coupe de certaines moissonneuses. L’accumulation de matière végétale derrière les capots est dangereuse. La surveillance sera accrue pour les parcelles de pois ou de blé dur qui sont couchées et où la coupe sera forcément plus basse. L’idéal serait de limiter les moissons aux horaires les moins chaudes mais la présence de climatisation dans les cabines rend la moisson confortable et fait oublier les risques en repoussant les limites.  Surtout si la météo prévoit de nouveau du mauvais temps. 

Fin de chantier sécurisée

Après chaque chantier de moisson ou de bottelage, il faut éviter de stationner les machines automotrices trop près des stockages de fourrage, de paille, de carburant, en laissant un espace minimum de 4m conseillé par les assureurs, ou en érigeant un mur de la hauteur du matériel. Mais le plus efficace serait d’éviter de stationner le matériel dans les bâtiments et d’utiliser les coupes batteries.
Dans les zones à risque, un déchaumage sur au moins vingt mètres de large en bor­dures de parcelle récoltée limi­tera les dégâts. Le déchaumeur attelé peut être laissé proche du chantier de récolte pour intervenir si c’est nécessaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité