Aller au contenu principal

Salon
Au salon de l’Agriculture 2020, le monde agricole se veut résolument ouvert

Avec son slogan « L’agriculture vous tend les bras », le Salon international de l’agriculture veut faire passer deux messages : elle recrute à tous les niveaux de formation, et elle est ouverte au dialogue, à la rencontre des agriculteurs qui seront présents sur tous les stands. 

© P.Parchet

Le prochain Salon international de l’Agriculture qui aura lieu du 22 février au 1er mars à Paris, devrait se dérouler dans une atmosphère « plutôt apaisée » selon Jean-Luc Poulain, président du Salon de l’Agriculture (Sia) et du Ceneca, même s’il reconnaît qu’il y a beaucoup d’incompréhension entre le monde rural et urbain, le monde agricole et non-agricole. « L’agriculture vous tend les bras ». Tel est le slogan de cette 56e édition du Sia. « Nous voulons expliquer à nos concitoyens que s’ils souhaitent en faire leur métier, l’agriculture est ouverte, poursuit Jean-Luc Poulain. Quelles que soient les productions, et quels que soient les niveaux de formation, on a besoin de compétences. » Ce besoin de main-d’œuvre est d’autant plus vrai que de nombreux agriculteurs s’orientent vers la transformation et la commercialisation de leurs produits.

Mettre l’accent sur la pédagogie

Valérie Leroy, directrice du Sia voit un autre sens dans ce slogan : « L’une des grandes valeurs de ce salon, c’est l’accent sur la pédagogie. L’attitude du public change : il y a 6-7 ans, l’objectif c’était de voir des animaux, mais il en apparaît d’autres : rencontrer des agriculteurs et mieux comprendre l’agriculture. Ils viennent avec des informations à vérifier. Ils ont des questions beaucoup plus précises et approfondies qu’il y a quelques années.

Les Français et leur agriculture

« Bravo pour ce slogan », s’est exclamé le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume. On va communiquer sur la « positive agriculture » car au Salon, les Français montrent qu’ils aiment les agriculteurs, mais pourtant ce sont parfois les mêmes qui, le reste de l’année, passent leur temps à les vilipender. Ça ne peut plus durer ». Pour Pierre Cornu, professeur d’histoire contemporaine. De tout temps, la France a toujours eu un rapport passionnel avec la vie agraire. Et alors que le monde agricole est questionné par nos concitoyens, on constate un retour à la terre de certains jeunes qui veulent donner un sens à leur vie. Un signe très positif selon l’historien.

Le concours général agricole fête ses 150 ans

Autre particularité de ce Sia 2020 : le célèbre concours général agricole va fêter ses 150 ans. « Le concours porte sur cinq familles : les animaux reproducteurs, les produits, les vins, les jeunes professionnels et les pratiques agro-écologiques », explique Valérie Leroy, et tout cela encadré par 500 commissaires et plus de 10 000 jurys. Dans le cadre du Trophée national des lycées agricoles, un partenariat inédit a été réalisé avec des écoles professionnelles chinoises.

 

#Idéale, l’égérie charolaise du salon 2020

Pour le Sia 2020, l’égérie est une vache Charolaise nommée Idéale, qui vient tout droit des Monts du Beaujolais, à 45 kilomètres de Charolles, le berceau de la race. Jean-Marie Goujat, son éleveur, est un jeune agriculteur de 33 ans, installé en Gaec avec son frère Laurent et son père Bruno sur une exploitation de 187 ha et 125 vaches allaitantes. Jean-Marie est un passionné de génétique. Il présente des animaux dans les concours depuis l’âge de 6 ans et veut faire partager sa passion aux visiteurs du Sia. La race charolaise est un emblème de l’élevage français. Avec 1,6 million de têtes en France, elle est la première race à viande.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
HVE : entre bio et conventionnel, la voie du milieu
Simple logo de plus ou réelle opportunité pour les agriculteurs, la Haute valeur environnementale (HVE) progresse dans le paysage…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
Capr'inov, un salon à huis clos

Pas de public, pas d’exposant. C’est une édition spéciale de Capr’inov que l’équipe du salon de la chèvre est contrainte d’…

À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Publicité