Aller au contenu principal

Au service des exploitants, Guylaine devient agricultrice

Le groupement d’employeurs départemental met à disposition des exploitants une main-d’œuvre qualifiée pour un nombre d’heures adapté au besoin. Guylaine Toux est l’une des salariées du service. Elle s’adapte à toutes les situations.

Guylaine Toux est en contrat avec le Ged. Après une matinée à botteler sur l’exploitation de Stéphane Gaudicheau, elle se prépare à changer une courroie qui a cédé pendant le chantier.
Guylaine Toux est en contrat avec le Ged. Après une matinée à botteler sur l’exploitation de Stéphane Gaudicheau, elle se prépare à changer une courroie qui a cédé pendant le chantier.
© C.P.

Les temps sont durs en agriculture. Pour autant, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, Guylaine Toux, salariée du Groupement d’employeurs départemental, cumule les contrats. « Je ne connais pas la crise », note la jeune femme. Y compris dans les périodes économiquement difficiles, les exploitants ont besoin de solutions pour faire face au surcroît de travail, prendre du temps pour leur famille, se soigner, se former. L’emploi partagé est une alternative aujourd’hui reconnue. « Ce besoin, nous le sentons et le mesurons à travers le développement de l’activité du Groupement d’employeurs départemental ou du Service de remplacement. Ces deux structures complémentaires permettent la prise en charge des besoins, quel que soit leur motif. Surtout, elles permettent aux agriculteurs de s’engager dans l’emploi progressivement, en satisfaisant une demande qui peut n’être que de quelques heures par mois », explique Jean-Michel Monneau, président du Ged.

Une couverture départementale
Lancé en 2012, ce service trouve ses amateurs. Entre 2014 et 2015, le travail de promotion pris en charge par Karl Chabot a porté ses fruits. En un an, l’activité est passée de 6 700 heures facturées à 11 500 heures, soit l’équivalent de 7 temps pleins. « Outre l’embauche à temps partiel, le Ged permet de déléguer la charge administrative liée à l’emploi. Un atout. Le personnel du service est également disponible pour renseigner l’employeur sur ses droits et ses devoirs, « un rempart dans un monde qui connaît une réglementation changeante », argumente le président.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 19 août 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Christiane Lambert défend « le vrai visage de l’agriculture »
La première journée du congrès national du syndicat a commencé au Gaec du Petit Chauveux, où se sont rendus représentants et élus…
Chasseurs, Deux-Sèvres, agriculture, chasse
Le sanglier en ligne de mire
L’ouverture générale de la chasse est le 12 septembre. En Deux-Sèvres les populations de petits gibiers ont profité d’une belle…
Vue d'ensemble, Festival de l'élevage, France Parthenaise, Deux-Sèvres, Nouvelle-Aquitaine, Elevage
National parthenaise : le concours de la relance
120 animaux participeront les 9 et 10 septembre au national de la race organisé au marché de Parthenay. Un événement programmé,…
Congrès Fnsea : « Ici, les idées justifient les moyens »

Où il y a du dynamisme, il y a des femmes et des hommes engagés. En Deux-Sèvres, individuellement dans leur ferme mais aussi…

SCEA Le Chène Blanc, Pougne-Hérisson, Deux-Sèvres, Elevage, Chèvre, Caprin, Capr'inov
Cinq fermes pour cinq thématiques
Comme à chacune des éditions, Capr'inov propose une journée d'immersion dans des fermes. Cinq visites auront lieu le 23 novembre. 
Loin de la capitale, Elsa renoue avec l’histoire familiale
À 25 ans, Elsa Favriou a trouvé sa voie dans le maraîchage diversifié. Depuis plus d’un an, elle remet en culture les terres de…
Publicité