Aller au contenu principal

Au service des exploitants, Guylaine devient agricultrice

Le groupement d’employeurs départemental met à disposition des exploitants une main-d’œuvre qualifiée pour un nombre d’heures adapté au besoin. Guylaine Toux est l’une des salariées du service. Elle s’adapte à toutes les situations.

Guylaine Toux est en contrat avec le Ged. Après une matinée à botteler sur l’exploitation de Stéphane Gaudicheau, elle se prépare à changer une courroie qui a cédé pendant le chantier.
Guylaine Toux est en contrat avec le Ged. Après une matinée à botteler sur l’exploitation de Stéphane Gaudicheau, elle se prépare à changer une courroie qui a cédé pendant le chantier.
© C.P.

Les temps sont durs en agriculture. Pour autant, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, Guylaine Toux, salariée du Groupement d’employeurs départemental, cumule les contrats. « Je ne connais pas la crise », note la jeune femme. Y compris dans les périodes économiquement difficiles, les exploitants ont besoin de solutions pour faire face au surcroît de travail, prendre du temps pour leur famille, se soigner, se former. L’emploi partagé est une alternative aujourd’hui reconnue. « Ce besoin, nous le sentons et le mesurons à travers le développement de l’activité du Groupement d’employeurs départemental ou du Service de remplacement. Ces deux structures complémentaires permettent la prise en charge des besoins, quel que soit leur motif. Surtout, elles permettent aux agriculteurs de s’engager dans l’emploi progressivement, en satisfaisant une demande qui peut n’être que de quelques heures par mois », explique Jean-Michel Monneau, président du Ged.

Une couverture départementale
Lancé en 2012, ce service trouve ses amateurs. Entre 2014 et 2015, le travail de promotion pris en charge par Karl Chabot a porté ses fruits. En un an, l’activité est passée de 6 700 heures facturées à 11 500 heures, soit l’équivalent de 7 temps pleins. « Outre l’embauche à temps partiel, le Ged permet de déléguer la charge administrative liée à l’emploi. Un atout. Le personnel du service est également disponible pour renseigner l’employeur sur ses droits et ses devoirs, « un rempart dans un monde qui connaît une réglementation changeante », argumente le président.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 19 août 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Influenza Aviaire, Deux-Sèvres, Augé
Grippe aviaire : le sud-ouest des Deux-Sèvres concerné par des mesures de prévention
Le virus hautement pathogène H5N8 a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Pour limiter les risques d…
La Caveb veut rester un acteur majeur de la viande rouge
Lors du point presse précédent son assemblée générale, le mercredi 30 septembre, la coopérative agricole de Châtillon-sur-Thouet…
Manifestation de Bassines non merci en opposition au projet de réserves des la Sèvre niortaise.
La transition agroécologique, l’enjeu des réserves de substitution
Partisans et opposants parlent de la nécessaire transition agro-écologique. Pour les premiers les réserves de substitutions sont…
À 50 ans, la Corel affiche sa bonne santé commerciale
La coopérative d’élevage a tenu son assemblée générale le jeudi 24 septembre. Avec un nouveau directeur et un nouveau président,…
Plombier, il arrête tout pour reprendre la ferme de son père
Mathieu Moreau, plombier chauffagiste depuis quinze ans, a eu un déclic pendant le confinement : c’est peut-être à lui de…
Charolais, Julien Bonnet
Concourir pour promouvoir la race charolaise : mais pas à Bressuire cette année
La nouvelle vient de tomber. Les Conviviales d'automne n'auront pas lieu en 2020. La covid-19 aura eu raison de cet évènement qui…
Publicité