Aller au contenu principal

Chronique de l’herbe
A Azay-le-Brulé il est temps de laisser se reposer les parcelles

Thierry Morineau va débrayer les deux parcelles les plus avancées pour faire du foin.

Pour un complément de 10 kg de MS, les vaches doivent sortir de 3 à 4 h minimum et de 5 à 6 h maximum.
Pour un complément de 10 kg de MS, les vaches doivent sortir de 3 à 4 h minimum et de 5 à 6 h maximum.
© N. C.
Au pâturage depuis le 28 février, les vaches laitières de Thierry Morineau installé à Azay-le- Brulé sont passées sur l’ensemble des paddocks mis à leur disposition et reviennent sur les premières parcelles pâturées.
Aujourd’hui avec 25 ares par vache de surface d’herbe disponible et une croissance de l’herbe de 79 kg de MS/ha/jour, les besoins journaliers des vaches laitières pourraient être couverts avec le pâturage seul. Cependant Thierry offre toujours une part de maïs ensilage à l’auge. En effet, les fortes précipitations ont dégradé la portance des sols et pour ne pas abîmer les prairies, les vaches laitières ont vu leur temps de pâturage diminuer.

Limiter le piétinement
En conditions humides, l’objectif est de sortir les vaches pour pâturer et non pour séjourner dans les parcelles. Il faut donc chercher à maximiser la quantité d’herbe ingérée par heure. Les vaches sont capables de consommer 7 à 8 kg de MS de pâture en 3 à 4 h si elles n’ont pas eu à volonté un fourrage complémentaire pendant la nuit. L’INRA recommande des temps de sortie selon la quantité de compléments (fourrages + concentrés) distribués à l’auge. Ainsi pour un complément de 10 kg de MS, les vaches doivent sortir de 3 à 4 h minimum et de 5 à 6 h maximum. Pour un complément apporté de 5 kg de matière sèche, le temps de sortie minimum sera de 4 à 6 h et de 8 à 10 h pour le maximum.
Avec des graminées au stade montaison et des hauteurs d’herbe au-delà de 15 cm en « hauteur entrée », il devient difficile d’offrir un pâturage aux valeurs alimentaires optimum sans gaspillage. L’éleveur va donc débrayer les deux parcelles les plus avancées pour faire du foin et commencer la constitution de stocks.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité