Aller au contenu principal

Formation
Bac pro : trois ans de formation et le Bepa en option

A la rentrée 2009 le bac pro se préparera en trois ans. Alors que les derniers points de la mise en œuvre de cette réforme sont en négociation, la profession craint de voir le Bepa dévalorisé.

Fin des années 80, David Sarraud termine sa troisième. C’est en empruntant la voie du Bepa qu’il se lance à la conquête de la capacité agricole. « Pendant deux ans, c’est sur les exploitations, au cours des nombreuses périodes de stage, que j’ai trouvé la ressource nécessaire à l’assimilation des notions théoriques », témoigne près d’une vingtaine d’années plus tard, ce passionné d’agriculture A trente-cinq ans, le chef d’exploitation est fier de son parcours. « Lorsque je me suis inscrit en Bepa, je savais que je signais pour quatre ans minimum ». Les aides à l’installation, pour ce jeune né en 1973, dépendaient du bac. « Sans la pratique, je ne suis pas sûr que j’aurais trouvé la motivation nécessaire pour avancer », témoigne-t-il aujourd’hui. Aux deux années de Bepa, trois années de Bac pro ont suivi. « J’ai redoublé une fois. Oui, j’ai pris mon temps, sourit-il. Et alors ? L’important, c’est le résultat ». En 1996, lorsqu’il s’installe, David est armé de deux examens reconnus par la profession, le Bepa et le bac.
Objectif : niveau IV
Alors que la réforme du bac pro est engagée, David Sarraud s’interroge. Si la perspective d’obtenir la capacité agricole en trois ans, au lieu de quatre, lui semble un principe séduisant, il exprime quelques inquiétudes quant à la place réservée aux jeunes - « les moins scolaires » - dans ce nouveau cursus. « Pour être un bon praticien, il ne suffit pas d’apprendre, il faut également assimiler ». Sur ce point, la direction régionale de l’agriculture et la forêt se veut rassurante. « Outre l’objectif d’harmonisation des parcours entre les différents secteurs professionnels, cette réforme à pour vocation d’amener un maximum de jeunes au niveau IV », explique Brigitte Blesson, chef du service régional de la formation à la Draf. Pour ce faire, cette filière professionnelle accordera une large place aux stages en exploitation agricole assure la responsable. Si le bac pro en trois ans est désormais une certitude, le programme de cette nouvelle filière, lui, est en cours de construction. « Les inspecteurs y travaillent », affirme Brigitte Blesson. C’est un nouveau bac pro qui à la rentrée 2009 sera proposé aux élèves. L’organisation, quoi qu’encore un peu floue, se dessine. A la sortie de troisième, les jeunes empruntant la voie professionnelle seraient dirigés vers une seconde de détermination. « Celle-ci débouchera sur le bac pro », annonce la représentante de l’administration. Au cours de ces trois années, les jeunes attachés au Bepa, auraient la possibilité de passer l’examen. C’est là que le bât blesse pour la profession agricole. Attachés à cet examen reconnu par les agriculteurs employeurs de main-d'œuvre, les syndicats redoutent une dévalorisation aux conséquences réelles sur le marché de l’emploi. Le Capa n’ayant aucune valeur professionnelle en agriculture.

3C5RB7ZQ.pdf (603.98 Ko)
Légende
La formation en schéma
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Benjamin, ambassadeur de la jeune agriculture
Toute cette semaine, les jeunes agriculteurs ont mis un coup de projecteur sur l’installation, en multipliant les vidéos et…
Installation agriculture Deux-Sèvres Clément Charron
Reprendre et moderniser, pour faire rempart au lait étranger
En reprenant la ferme familiale à La Chapelle-Bertrand, Clément maintient le fragile tissu des exploitations laitières deux-…
Le veau Paillard, un pari sur l’avenir à plus de 21000  euros
La campagne de vente de la station de Lanaud, en janvier, a permis à quatre éleveurs de Charente et de la Vienne de décrocher le…
L’usine de Thouars donne vie à la filière 100% bio Oleosyn
Les groupes Avril et Terrena ont investi 5,7 millions d’euros dans un outil de trituration de graines bio à Thouars. Opérationnel…
Pas de semis direct sans la philosophie qui va avec
Le semis direct, encore marginal, se répand dans les champs. Les Cuma s’équipent, un semoir made in Deux-Sèvres s’exporte dans le…
S’employer chaque jour à faire avancer le projet
Le projet de stockage d’eau à des fins agricoles sur le bassin de la Sèvre niortaise entre dans sa phase de concrétisation. Alors…
Publicité