Aller au contenu principal
Font Size

Activez votre compte numérique

Pour lire les articles dans leur intégralité, vous tenir informé via les newsletters et consulter la version numérique d’Agri79 dès le jeudi,

J’active mon compte numérique.

Bellot minoteries devient le fournisseur de la farine C’est qui le patron ?!

C’EST QUI LE PATRON ?! La coopérative sociétaire commercialisera à partir du 15 mars des sachets de farine d’1 kg. La minoterie Bellot, qui est devenue le fournisseur exclusif, sera chargée de fournir 1 million de sachets, dans un premier temps.

Le 15 mars, les consommateurs pourront trouver dans les rayons un nouveau produit de la marque C’est qui le patron ?!. Le sachet de farine de 1 kg rejoint ainsi les 18 familles de produits équitables de la coopérative sociétaire. Et c’est une entreprise deux-sévrienne qui est sélectionnée pour ce marché national : Bellot Minoteries. La société familiale, installée sur les bords de la Sèvre niortaise, à Saint-Martin-de-Saint-Maixent, depuis 16 générations, a en effet été choisie pour produire la farine qui rémunère au juste prix ses producteurs. « Nous sommes devenus fournisseur exclusif à l’échelon national et ce tant que nous pouvons garantir le cahier des charges voté par les consommateurs, la rémunération des producteurs et les quantités commandées », présente Louis-Marie Bellot, le président de la minoterie.

L’estimation initiale représente 1 million de sachets, soit 1 000 tonnes de farine sur 1 an. Néanmoins, tous espèrent un succès à l’image de celui, fondateur, du lait, qui atteint aujourd’hui les 85 millions de litres écoulés, contre les 10 millions initiaux espérés. « Avec une capacité de production de 60 000 tonnes par an, nous avons les capacités nécessaires pour répondre à la demande des consommateurs », assure le dirigeant.

Réflexion depuis un an

Cela faisait environ un an que les responsables de la minoterie planchaient sur des solutions alternatives de rémunération pour leurs apporteurs. « Notre réflexion s’est accentuée en début d’année dernière, quand les agriculteurs sont descendus dans la rue. Les consommateurs ont pris conscience des problématiques des exploitants et de l’émergence d’initiatives sociétaires », se remémore Louis-Marie Bellot. Un point d’orgue à un cheminement entamé depuis plusieurs années déjà dans la tête du jeune dirigeant, au gré des remontées des difficultés rencontrées sur le terrain. « Nos producteurs de blé nous appelaient pour nous dire que ça n’allait plus, qu’ils ne gagnaient pas correctement leur vie. L’épouse d’un exploitant m’a même appelé pour essayer de trouver des débouchés plus rémunérateurs ».

Un paquet vendu 1,36 euro

Face à ce malaise, la minoterie entre alors en contact avec les équipes de C’est qui le patron ?! pour sonder la possibilité de construire un projet commun. « On a eu de la chance car le produit était en cours de vote par les sociétaires. Durant les mois qui ont suivi, nous avons échangé de manière régulière sur notre façon de travailler, notre histoire, nos projets. Beaucoup de valeurs communes ont émergé et nous ont permis de poursuivre ce projet en tant que partenaire exclusif », se réjouit le président.

Suite à cette décision commence alors un long travail collaboratif entre la minoterie, les organismes stockeurs, les producteurs et C’est qui le patron ?! pour construire le questionnaire qui sera soumis au vote des consommateurs. Ces derniers doivent ainsi déterminer l’origine du blé, le type de farine et de stockage, les additifs tolérés ou non… tout jusqu’à l’emballage. À chaque question, une explication est proposée afin que le consommateur fasse ses choix en ayant toutes les informations nécessaires.

Finalement, après 7 919 votes de consommateurs, il a été décidé que le blé tendre serait cultivé en France, issu de l’agriculture raisonnée (CRC®) et garanti sans OGM, qu’il servirait à produire de la farine de type 65 dans un moulin à cylindre et serait conditionné dans un sachet papier recyclable d’1 kg. Avec ce paquet vendu 1,36 € en magasin, les producteurs pourront obtenir une rémunération de 205 euros la tonne garanti pendant trois ans, quelle que soit la fluctuation du marché.

Impact à la fin du mois

La production de ces sachets se fera sur une ligne spécifique du site de La Crèche, inaugurée en novembre 2018. La liste des producteurs qui vont intégrer la démarche a été communiquée par leur organisme stockeur. « Au démarrage du projet, la liste des producteurs engagés dans la démarche est réduite pour qu’il y ait un véritable impact sur la fiche de paie, que le producteur sente la différence à la fin du mois. Plus le projet prendra de l’ampleur, plus nous intégrerons de nouveaux producteurs », relate Louis-Marie Bellot.

Une vingtaine de produits d’ici au 15 mars

La marque C’est qui le patron ?! a été créée en novembre 2016, à l’initiative de Nicolas Chabanne. Pour 1 euro, n’importe qui peut devenir sociétaire de la coopérative et ainsi avoir un droit de vote sur la commercialisation des nouveaux produits. Actuellement, la marque commercialise 18 familles de produits (le beurre, le chocolat, le miel, le fromage, les pâtes, les fraises, les oeufs, le steak haché, la purée de pommes, le jus de pommes, la pizza surgelée, le lait…), auxquels vont se rajouter la farine, les sardines et le vin le 15 mars. Les saucisses sont en cours d’élaboration et les prochains projets concernent la crème fraîche, la confiture, le poulet et le coulis de tomate. Les projets sont soumis à un questionnaire, qui fait évoluer à la hausse ou à la baisse le prix du produit en fonction des réponses données. Chaque décision est prise à la majorité des suffrages exprimés en ligne. Après la commercialisation, les sociétaires, organisés par groupes, vérifient eux-mêmes le respect de chaque point du cahier des charges chez les fabricants et les producteurs. À l’étranger, la Belgique et l’Espagne ont déjà reproduit le concept.

La farine

commercialisée sous la marque C’est qui le patron ?! sera issue de blé CRC cultivé en France et garanti sans OGM. Elle sera de type 65, la plus répandue, et sera produite dans un moulin à cylindre. Le paquet de 1 kg sera vendu 1,36 euro.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

S’installer hors cadre familial : saisir l'opportunité
Audrey Pelletier a rejoint l’équipe du Gaec du Petit Chauveux en juin 2020, après un stage parrainage d’un an. Passionnée par l’…
Le chanvre français prépare le virage de la fleur
Dans le cadre de l'expérimentation en France du cannabis à fins thérapeutiques, l'Agence nationale du médicament (ANSM) devrait …
Et soudain, Exoudun... un village bouillonnant
Au centre d’un triangle St-Maixent-Melle-Lusignan, à équidistance de Poitiers et de Niort, se niche à flanc de colline le village…
Agriculture de conservation, Deux-Sèvres.
La plante nourrit les animaux, les racines le sol
Noam Cornuault organisera sur son exploitation, à l’automne, avec la chambre d’agriculture, un rendez-vous des couverts. Il…
Record de vente de béliers rouge de l’Ouest
106 reproducteurs rouge de l’Ouest ont été vendus, à la station de contrôle individuelle de Saint-Hilaire-du Bois.
Heurts et malheurs du vivre-ensemble
Chartes des riverains et de bon voisinage : les travaux sont engagés pour fixer les règles dans l’espace rural. Si les…
Publicité