Aller au contenu principal

50% des frais de remplacement subventionnés

Le service de remplacement constate une augmentation des demandes pour le motif de congés.Ces demandes ont presque doublé en dix ans.

© Bruno Compagnon

Le service de remplacement permet aux agriculteurs qui souhaitent prendre quelques jours de congés de partir l’esprit tranquille. Un salarié avec les compétences correspondant aux besoins de l’exploitation est mis à disposition. Après une phase de prise de consignes initiale, l’exploitant peut prendre du temps pour lui et ses proches. Ces temps de repos peuvent être pris à n’importe quel moment de l’année. Faire appel au service de remplacement pour les vacances n’est pas encore un réflexe pour de nombreux agriculteurs et agricultrices. Néanmoins, en 2014, 21 372 agriculteurs l’ont utilisé pour le motif de congés à l’échelle nationale, soit une augmentation de près de 83 % par rapport à 2005.


En Poitou-Charentes, une augmentation des demandes ces dernières années a également été constatée, et le phénomène s’accélère (+ 32 % entre 2012 et 2014).
De plus, le crédit d’impôt congés permet d’être remboursé de 50 % des frais de remplacement dans la limite de 14 jours par an (fractionnables) et par exploitation. Si le crédit d’impôt excède l’impôt dû, il est restitué.
Pour les associés en Gaec, la transparence Gaec s’applique jusqu’à un maximum de quatre associés. Pour les autres groupements ou sociétés, les associés sont libres de se répartir les 14 jours entre eux comme il leur convient. Le crédit d’impôt est ensuite réparti entre chaque associé à proportion des droits qu’ils détiennent chacun dans la société.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 29 juillet 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Nicolas Redureau, éleveur de chèvre en Deux-Sèvres prend position sur le bien-être animal
Bien-être : considérer le binôme Homme-animal
Nicolas Redureau, éleveur à Noirterre (Deux-Sèvres), a participé aux groupes de travail orchestrés par Agrial sur le bien-être…
Urne, election
Deux-Sèvres : dix candidats pour deux postes de sénateurs
Dans un peu plus de huit jours, les grands électeurs voteront pour élire les deux représentants du département des Deux-Sèvres au…
Publicité