Aller au contenu principal

Culture
Blé dur : une conduite exigeante pour garantir le débouché

Les exigences du marché étant élevées,  la conduite du blé dur ne s’improvise pas. L’alimentation humaine étant le seul débouché, les producteurs doivent viser 14% de protéines. L’apport d’azote tardif doit être bien calibré.

© Arvalis - Institut du végétal

Avec les difficultés d’implantation de céréales à l’automne dernier, la surface de blé dur implantée en sortie d’hiver est importante. Bien souvent les semis ont été tardifs. Le blé dur est une espèce exigeante en qualité, son seul débouché est l’alimentation humaine (pâtes, semoule…). Il est impératif de soigner sa conduite pour obtenir une qualité compatible avec les exigences du marché.

Fertilisation azotée : viser 14 % de protéines

Pour assurer à la fois une qualité technologique satisfaisante et limiter le risque de mitadinage, le blé dur doit atteindre une teneur en protéines d’au moins 13,5 à 14 %. Cet objectif exigeant ne peut être atteint qu’en respectant a minima les points suivants :

- toutes les variétés n’ayant pas la même aptitude à « produire » des protéines, il est nécessaire d’ajuster la fertilisation en prenant en compte leur besoin spécifique qui peut varier de 3,5 à 4,1 unités/quintal ;

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Flavien, éleveur de chèvres : « Les rencontres ont fait mûrir mon projet »
Déterminé depuis l’enfance à devenir agriculteur, Flavien Favre a bâti pas à pas son projet. Sa formation et ses expériences sur…
Les jeunes agriculteurs organisent un repas 100% local
Moteurs de la vie rurale, les Jeunes agriculteurs vont proposer aux Deux-Sévriens un repas complet, le samedi 1er mai…
Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

Quand les haies chauffent le plancher des poules
A la faveur de l’installation d’un jeune agriculteur, en mai 2020, le Gaec Baulieu, à Echiré, a investi dans de nouveaux…
La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
Attention au risque incendie

Depuis l’incendie d’un hangar à St Martin de Bernegoue le 10 avril, quatre nouveaux sinistres ont été enregistrés dans…

Publicité