Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Blessée, la plante ne fait pas le poids face à la bactériose

Les importants symptômes de bactériose observés sur les pois d’hiver cette année sont dus à une conjonction de facteurs climatiques exceptionnels qui ont permis les premières contaminations et la progression rapide de la maladie dans les parcelles.

La bactériose sur plantes se caractérise par une couleur qui va du marron clair au brun foncé sur le feuillage et les tiges.
La bactériose sur plantes se caractérise par une couleur qui va du marron clair au brun foncé sur le feuillage et les tiges.
© Terres Inovia

La bactériose, également appelée graisse du pois, est une maladie aérienne due à une bactérie appelée pseudomonas syringae. Cette maladie apparaît en foyers dans la parcelle. Le feuillage présente des plages nécrotiques, de couleur marron clair à brun foncé, souvent translucides. Les tiges sont également ceinturées par des nécroses brunes translucides. Les organes touchés finissent par dessécher.
Dans les années quatre-vingt, des attaques sévères ont surtout concerné le Sud-Ouest de la France. Depuis le début des années quatre-vingt-dix, la maladie a été occasionnellement observée, mais sans conséquence sur la production.
Néanmoins, la bactérie semble présente chaque année sur les cultures de pois, ou dans l’environnement proche, sans pour autant provoquer de symptômes. En effet, la bactérie, issue de semences contaminées ou de plantes hôtes, se multiplie à la surface des plantes de façon très importante, lorsque les conditions sont favorables, sans occasionner de dégâts. À titre d’exemple, entre 1990 et 2000, la fréquence et la sévérité de la maladie étaient faibles voire nulles en France alors que la bactérie était détectée chaque année dans 30 à 50 % des lots de semences analysés.
Ce n’est que par des blessures provoquées par des phénomènes mécaniques mais aussi les conditions climatiques que la bactérie pénètre dans les tissus du pois et qu’elle provoque alors des dégâts visibles.

Plus d'infos dans le journal Agri 79 du 29 juillet 2016

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le déconfinement se prépare en Deux-Sèvres
Département classé vert, les Deux-Sèvres sont très peu touchés par l’épidémie de Covid-19. La sortie du confinement se prépare…
Les bruits liés aux canons effaroucheurs d’oiseaux

L’agriculture génère des bruits, notamment pendant la saison des gros travaux, récolte, semis, et notamment lors des semis de…

Bien immatriculer les matériels de l’exploitation agricole
Les matériels qui ne sont pas soumis à l’obligation de certificat d’immatriculation (carte grise) doivent être immatriculés (à l’…
Benoit Forestier, un vétérinaire rural en constante adaptation
Benoit Forestier, vétérinaire rural depuis trente ans à Chiché, a vu son métier se transformer en même temps que la profession d’…
S’affranchir du soja importé, rêve ou réalité ?
Le contexte international de pandémie rend davantage saillante la question de l’autonomie protéique. La France peut-elle répondre…
L’agroalimentaire a mis les bouchées doubles pendant le confinement
La fermeture de la restauration hors domicile a obligé la filière à se tourner vers la grande distribution, alors que la demande…
Publicité