Aller au contenu principal

Bovins allaitants : viser le vêlage précoce pour accroître la rentabilité

Sur le papier, le vêlage à 24 mois permet de mieux valoriser les génisses et ainsi d’améliorer les résultats technico-économiques et environnementaux de l’exploitation. Mais en pratique, c’est tout un système qu’il faut repenser pour soutenir une croissance accélérée.

© DR

Sur l’exploitation d’Alban et Jean-Luc Jaulin, associés du Gaec Le Chemin vert, à Chiché, on aime faire les choses à moitié : la moitié des vêlages est effectuée à 24 mois et la moitié des surfaces culturales est autoconsommée pour soutenir la croissance des 120 vêlages charolais par an. Les vêlages à 24 mois sont encore assez peu répandus dans les élevages de bovins allaitants car ils requièrent la réorganisation de tout un système pour soutenir les besoins plus importants des génisses. « Pour limiter les UGB improductifs, Alban et Jean-Luc ont concentré leurs vêlages sur deux mois, avec 80 % rien que pour le mois d’août, présente Marie Blanchard, de la Caveb. Ils ont un IVV moyen de 373 jours, ce qui est bien car l’objectif pour limiter les périodes d’improductivité de la vache est d’être inférieur à 390 jours ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

PCAE : 80 millions d’euros sur un an, du jamais vu
L’enveloppe de cette année permettra de financer plus du double des projets habituels, avec une sélection plus large que par le…
Gâtine, Deux-Sèvres, qualité des eaux, prairie, élevage
Pour la qualité de l’eau, la société a besoin de l’élevage
Communication, mais également expérimentations : les syndicats des eaux et le Pays de Gâtine s’engagent pour maintenir l’élevage…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
Renard, Dégâts aux cultures, Esod
La fédération des chasseurs et la Chambre d'agriculture invitent à déclarer les dégâts
Pour qu’elle puisse être régulée toute l’année, une espèce doit être inscrite dans la liste des espèces susceptibles d’…
Publicité