Aller au contenu principal
Font Size

Etude
Brésil : grande variabilité de l’empreinte carbone du soja

Récolte de soja dans le Mato Grosso (Brésil)
© AFP / YASUYOSHI CHIBA

« Nous observons une variabilité très grande en matière d’émissions de carbone en fonction des zones d’approvisionnement, des pays importateurs, et des sous-étapes de l’approvisionnement », écrit une équipe de chercheurs dans un article publié dans le journal Global environmental change, dédié à l’empreinte carbone du soja brésilien. Cette étude combine les flux de soja à l’échelle locale, obtenus grâce à l’application Trase, avec une analyse de cycle de vie détaillée de ces flux sur la période 2010-2015. D’après les résultats, les émissions de carbone seraient les plus importantes dans la région du Manitopiba et l'Etat du Para, là où la déforestation est aujourd'hui la plus active. « Importer du soja de ces Etats entraîne des émissions par tonne pouvant atteindre six fois la moyenne brésilienne », expliquent les chercheurs. Côté importateurs, l’étude conclut que « l’Union européenne a l’empreinte carbone relative la plus importante, à 0,77 t CO2eq* par tonne de soja, en raison d’une plus grande proportion de déforestation incluse, que la Chine (0,67 t CO2eq/t) ». Les auteurs, espérant que leurs résultats accompagneront la transition de la filière, précisent que « si, entre 2010 et 2015, l’UE avait rempli sa demande en important du soja du Parana et du Rio Grande do sul, elle aurait pu réduire son empreinte carbone de près de 60%. »

*CO2eq : équivalent au CO2.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Plainte contre l'association Nous voulons des coquelicots : « Quand on refuse de se défendre, on va vers une forme d’esclavage »
Il y a quelques jours, Jean-René Gouron a déposé plainte contre « Nous voulons des coquelicots ». L’agriculteur retraité de la…
Thomas Gaillard, président JA 79
Un RIP contre l’élevage

Nos parlementaires sont-ils tombés sur la tête ?
À ce jour, un Référendum d’Initiative Partagé (RIP) pour les animaux…

Dégradation du matériel agricole : «c’est écœurant»
Dans la nuit du 12 au 13 septembre, un ou plusieurs individus ont volé un télescopique et l’ont ensuite utilisé pour dégrader une…
Inondations à Niort, hiver 2020
« Le problème de l’eau n’est pas un problème agricole »
Pour que la végétation se développe, il faut de l’eau. Au lendemain d’un hiver pluvieux, un habitant des Deux-Sèvres, formé à la…
Thomas Gaillard, entre appel au calme et au combat collectif
Revendiquant un brin de naïveté politique et un côté utopiste, le président des JA élu cette année affirme toutefois avoir…
Action de chasse.
«  La discipline intéresse les jeunes »
Ce dimanche 13  septembre a lieu l’ouverture générale de la chasse. Aux alentours de 10 000 en Deux-Sèvres, le nombre de…
Publicité