Aller au contenu principal

Bruxelles tempère son ambition sur les surfaces d’intérêt écologique

Depuis deux ans, le verdissement des paiements directs exige que les agriculteurs consacrent 5 % de leurs terres arables à des surfaces d’intérêt écologique, un seuil qui n’a pas été atteint.

Les types de SIE le plus souvent déclarés sont celles dites productives comme les plantes fixant l’azote, les cultures dérobées et les jachères.
Les types de SIE le plus souvent déclarés sont celles dites productives comme les plantes fixant l’azote, les cultures dérobées et les jachères.
© réussir/N.Ouvrard

Il n’est pas utile de porter l’exigence de couverture des terres agricoles de l’UE par des surfaces d’intérêt écologique (SIE) de 5 % actuellement à 7 % comme cela était envisagé dans le cadre de la dernière réforme de la Pac, conclut la Commission européenne dans un rapport sur cette question publié le 29 mars. En effet, ces surfaces, qui constituent un des trois critères de verdissement des paiements directs, couvrent déjà, une fois un facteur de pondération appliqué, environ 10 % des terres agricoles de l’UE. Mais, prévient quand même Bruxelles, les types de SIE les plus bénéfiques à l’environnement sont les moins utilisés par les agriculteurs européens.


Ces surfaces pourraient pourtant favoriser davantage la biodiversité si des pratiques de gestion appropriées étaient mises en place. Sur la base de ce rapport, la Commission européenne pourrait donc proposer des mesures d’ajustement du dispositif comme elle l’a déjà fait en interdisant le recours aux produits phytosanitaires sur les SIE dites productives.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Petites villes de demain : le programme pour relancer les communes rurales

Dans les Deux-Sèvres, 18 communes ont été retenues pour bénéficier du programme « Petites villes de demain ». Les EPCI de l’…

Les Ets Buchou négoce et Lamy Bienaimé se rapprochent encore
En intégrant la société Végalor (négoce Lamy Bienaimé), les Ets Buchou Négoce accomplissent une transmission correspondant à…
Une chargée de com’ dans un Gaec
Depuis mai 2020, Nadine Bazantay s’occupe de la communication du Gaec Villeneuve en poursuivant deux objectifs : booster la vente…
Ils font revivre la vigne dans les Deux-Sèvres
Au nord et au sud du département, des vignerons font renaître des terroirs oubliés. Benoît Blet, à Oiron, est aujourd’hui reconnu…
Moissons
Une nouvelle dimension pour Océalia
La fusion avec Natéa et le rapprochement avec Menguy’s assurent le développement des services d’Océalia. 
Réserves de substitution, Sèvres Niortaise
Les agriculteurs s'engagent collectivement à réduire de 50% les produits phytosanitaires à horizon 2025
Deux ans jour pour jour après la signature du protocole d'accord, la commission d'évaluation et de surveillance, en charge du…
Publicité