Aller au contenu principal

Bulletin de santé du végétal : la gazette verte du 23 avril

La pluie est de retour avec les risques sanitaires qu'elle engendre

© AGRI79

Maraîchage : un déficit hydriqueLa situation est très différente de l’année passée. « Malgré des premières pluies significatives depuis quelques semaines, on note un déficit hydrique important », indique le BSV. Si ces conditions peuvent faciliter l’implantation des cultures, favoriser la précocité ou encore limiter certaines problématiques sanitaires, elles augmentent en revanche la présence des ravageurs comme les thrips et les acariens, très présents actuellement.

Tomates : favoriser la prophylaxie contre la mineuse sud-américaineLa production en sol sous abris froids est « relativement précoce ». Cette année, les maraîchers vont devoir être attentifs à la mineuse sud-américaine, qui progresse de plus en plus vers l’intérieur des terres. Un programme national de lutte est d’ailleurs en place (il est à retrouver sur le site Internet d’Agri 79). Le BSV précise que « sans la mise en place de moyens de prophylaxie et de biocontrôle, le risque semble à nouveau important ».

Alliacés : déjà un début d’activitéLa mouche mineuse est déjà très suivie. « D’ores et déjà, dans le cadre de suivis techniques et de tours de plaine, des piqûres de nutrition sont notées sur alliacées et sur de nombreux sites », dont en Deux-Sèvres.

Autres légumes : des suivis techniquesLa présence de pucerons est observée depuis cinq semaines en Charente-Maritime et dix jours en Charente et dans la Vienne, notamment sur les aubergines. Les auxiliaires sont pourtant présents mais ils ne sont pas assez nombreux. Des sitones ont également été aperçus sur des cultures de fèves.

Pommiers : les pluies font ressortir

les risquesLa pousse a été très active pendant le week-end de Pâques, grâce notamment à des températures supérieures aux normales de saison (15 à 17 °C contre 10,2 °C en année normale). Les précipitations de la semaine (environ 20 à 30 mm selon les secteurs) ont permis de faire remonter le cumul mensuel, qui est pour le moment bien en dessous des 56 mm. Depuis vendredi dernier, il est observé la sortie de 1 à 2 feuilles.

Pour le moment, aucune tavelure n’a été observée en vergers, qu’ils soient traités ou non. La station de Secondigny prévoyait un risque de contamination en milieu de semaine de l’ordre de 11,2 % suite aux précipitations. Toutefois, « bien que le stock de spores projetables soit faible, le risque est bien présent en raison des pluies et de la phénologie actuelle du pommier, particulièrement sensible à la maladie avec des feuilles nouvellement sorties. Les premières taches sont donc à surveiller avec attention », alerte le bulletin de santé du végétal.

En 2019, le réseau a assisté à une explosion du piégeage d’hoplocampes du pommier, en vergers biologiques et non traités. Aux environs du 20 avril, 93 individus ont ainsi été capturés. Pour lutter contre ces ravageurs, un piégeage massif peut être mis en place (60 à 150 pièges par hectare). Une observatrice a signalé que « les pièges en croix de type Rebell sont plus efficaces que les assiettes blanches engluées ».

Les premiers carpocapses des pommes ont été capturés le 22 avril en Vienne, nord Charente et Deux-Sèvres.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Lettre d’un agriculteur à ses voisins

Je me permets de vous adresser ce courrier car (...) la période des semis des cultures approche à grand pas. J’exploite des…

La maraîchine, une bière locale « du champ au verre »
Deux brasseries artisanales, ancrées dans le Marais poitevin, se sont associées pour créer une nouvelle bière marquée « Valeurs…
La mort du bovin viande

Une nouvelle Pac se profile !

Le ministère propose une remise en cause du montant de l’enveloppe dédiée à la…

Le cuir, une histoire de famille
Rebecca Larapidie a créé Abak’art, sa marque de maroquinerie, pour laquelle elle utilise exclusivement les peaux de bovins élevés…
Un concours réussi et une belle dynamique au marché ovin de Parthenay
Le concours annuel des agneaux a donné lieu à une belle présentation, de l’avis des organisateurs. Au marché au cadran, la…
La pétition reste ouverte pour complément d’enquête
Le collectif BNM a défendu devant la commission PETI un examen approfondi du dossier des réserves.
Publicité