Aller au contenu principal

PAC
Cadre financier 2021-2027: la Pac perd 5 Mrds € dans la dernière ligne droite

Après quatre jours de pourparlers, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE sont parvenus, le 21 juillet au petit matin à un accord à l’unanimité sur le cadre financier pluriannuel de l'UE pour 2021-2027 de 1074,3 milliards d’euros et un Plan de relance de l’économie post-Covid-19 doté de 750 milliards d’euros.

© Réussir

La Pac hérite d'un budget de 336,4 milliards € dont 258,6 milliards € pour les paiements directs et les mesures de marché et 77,8 milliards € pour le développement rural. Le développement rural voit son enveloppe légèrement revue à la hausse par rapport à la proposition du mois de mai 2020 de la Commission européenne de 75 milliards € mais dans le même temps les 15 milliards € prévus pour le développement rural dans le plan de relance post-Covid-19 sont réduits de moitié à 7,5 milliards €. Une baisse qui s'explique par la réduction de la part de subventions (par rapport aux prêts) voulue par les pays dits frugaux dans le cadre du plan de relance.

Au total la Pac perd donc environ 5 milliards €. Pour 2014-2020, la Pac actuelle disposait (en prix 2011) d'un budget de 373 milliards € dont 277,9 milliards € pour le premier pilier. En euros courant (avec une inflation de 2% prise en compte) et à périmètre constant (UE-27), le budget de la Pac pour 2021-2027 est globalement maintenu par rapport à la période 2014-2020 mais en euros constant (2018) il enregistre quand même une baisse qui peut-être évaluée à quelque 39 milliards €.

La PAC subit quelques modifications

Les discussions entre les dirigeants européens ont porté sur les enveloppes budgétaires de la future Pac mais également sur certains aspects financiers et notamment le plafonnement à 100 000€ des aides directes par exploitation qui ne sera finalement pas rendu obligatoire pour les États membres contrairement à ce qui était prévu initialement. Autre changement : les États membres pourront transférer jusqu'à 25% de leurs enveloppes du 1er vers le 2nd pilier et inversement (contre 15% dans la proposition initiale). La convergence externe des niveaux de paiements directs (entre anciens et nouveaux Etats membres) se poursuivra et «tous les États membres auront un niveau d'au moins 200€/ha en 2022 et d'au moins 215€/ha d'ici 2027», précise le texte final.

Des bonus par rapport à la clé de répartition normale des fonds de la Pac ont par ailleurs été accordés à certains États membres : 1600 millions d'euros pour la France, 650 Mio pour l’Allemagne, 500 Mio pour l’Espagne, 500 Mio pour l’Italie, 400 Mio pour la Finlande, 300 Mio pour le Portugal, 300 Mio pour la Grèce, 300 Mio pour l’Irlande, 250 Mio pour l’Autriche, 200 Mio pour la Slovaquie, 100 Mio pour la Belgique, 100 Mio pour la Croatie, et 50 Mio pour Chypre. La réserve agricole sera limité à 450 Mio€ en prix courants au début de chaque année et réapprovisionnée, si besoin, par les marges disponibles et en dernier recours le mécanisme de discipline financière (réduction des paiements directs). L'accord final entre les Vingt-sept confirme enfin que la part des dépenses de la Pac qui devrait être consacrée à l'action en faveur du climat sera de 40%.

Un budget «stable» pour la France par rapport à la période actuelle

L'accord trouvé le 21 juillet sur le cadre financier pluriannuel de l'UE pour 2021-2027 conduit à un budget de la Pac «stable» pour la France, à 62,4 milliards d'euros (courants) contre 62 milliards sur la période actuelle, calcule le cabinet du ministre de l'Agriculture. Ce montant inclut le Feader (2nd pilier) et le Feaga (1er pilier) hors mesures de marché. Dans le détail, le Feader qui reviendra à la France s'élève à 11,4 milliards d'euros contre 10 milliards sur la période actuelle. Ce montant a fait l'objet de négociations jusque dans les dernières heures de négociations, selon le cabinet. Enfin 51 milliards d'euros d'aides directes du Feaga reviennent à la France, contre 52 milliards sur la période actuelle. Ce montant en baisse est notamment dû au mécanisme de «convergence externe», qui profite aux pays les plus récemment entrés en UE (pays de l'est).

Le cabinet rappelle d'ores et déjà que «les deux piliers ne sont pas étanches». Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie s'est félicité du résultat des négociations: «La France s'est beaucoup battue pour avoir une Pac à la hauteur de ses attentes, et c'est le cas. Nous avons une Pac ambitieuse avec un budget renforcé. Et ce n'était pas gagné».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agri79.

Les plus lus

Confinement ou pâturage, concertation ou carnage ?

"À l’heure où les défenseurs du bien-être animal et les écologistes demandent l’interdiction de l’élevage en intérieur, la…

L’agriculture victime de pirates informatiques
La chambre d'agriculture des Deux-Sèvres victime d'une cyberattaque qui touche plus largement la région Nouvelle-Aquitaine et…
S’installer… quand on est prêt
Tondeur de moutons, Alexandre Sarrazin a hésité à s’installer pendant plusieurs années avant de franchir le pas à l’âge de 31 ans…
Attestation permanente exploitant agricole
La Fnsea et JA 79 ont obtenu la validation de l’attestation permanente spéciale exploitant agricole par le préfet des Deux-Sèvres…
Pâtures & Papilles veut régaler les consommateurs
Quatre élevages du secteur de Parthenay planchent sur l’élaboration d’un nouveau label basé sur un engraissement 100% herbager.…
Les exploitants agricoles, piliers des sapeurs-pompiers volontaires
Parce qu’il doit assurer l’avenir, le service départemental d’incendie et de secours (Sdis 79) est à la recherche de volontaires…
Publicité